Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 00:01

On définit souvent l’homme comme animal social (gr. "zôon
politikon"), et on veut dire par là que sa vocation essentielle est de
vivre en communauté. L’Ecclésiaste dit ainsi : « Deux valent mieux
qu’un, parce qu’ils retirent un bon salaire de leur travail. Car, s’ils
tombent, l’un relève son compagnon ; mais malheur à celui qui est
seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever ! De même, si
deux couchent ensemble, ils auront chaud ; mais celui qui est seul,
comment aura-t-il chaud ? » (4/9-11) On le cite toujours, ce "Vae
soli !" de la Vulgate, de même qu’on cite le proverbe : L’union fait la
force. On peut même parler de la complémentarité trouvée dans
l’union, deux handicaps pouvant devenir un avantage, comme il se
voit dans la fable « L’Aveugle et le Paralytique ». De telles maximes
en effet semblent frappées au coin du bon sens, même si leur
justification est assez élémentaire ou triviale. C’est une sorte de
défense a minima de la vie sociale, et l’on pourra, dans un second
temps sans doute, la remettre en question...

Lire la suite dans :

 

Théologie buissonnière : Agneau de Dieu

Cliquer sur l'image

***

 

Pour écouter la version radio de l'article, avec des musiques appropriées au thème, cliquer ici :

***

 

Nota 1 : Un long extrait du livre (texte intégral de l'Avant-propos et des deux premières entrées) est lisible en cliquant : ici.

 

Nota 2 : Le livre est disponible à la vente sur le site de l'éditeur indifféremment dans les deux formats, PDF (directement lisible et imprimable à partir d'un ordinateur, normalement équipé d'Adobe Reader), et E-pub.

 

Nota 3 : Si l'on choisit le format E-pub, il suffit, pour lire le livre sur un ordinateur, de télécharger préalablement un logiciel gratuit d'Adobe, Adobe Digital EditionsLe téléchargement et l'installation sont très faciles. Cliquer : ici.

 

Nota 3 : On peut lire une première recension de ce livre sur le site ami Protestants dans la ville. Cliquer : ici.

22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 00:01
Saint-Laurent d'Aigouze (30) - Le Vidourle - 23 mai 2015, 16 H 31

Saint-Laurent d'Aigouze (30) - Le Vidourle - 23 mai 2015, 16 H 31

Flottent feuilles...

 

Flottent feuilles flottent pensées

Et tout au fond n'est qu'illusions

Purs jeux de surface et de fond

La vie se passe à s'en bercer...

20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 00:01

C’est le sort de beaucoup d’œuvres artistiques, critiques à l’origine, mais aussitôt récupérées par l’objet même de leur critique, et ainsi rendues inoffensives et insignifiantes. C’est à quoi j’ai pensé en revoyant à la télévision le film de Jan Kounen, 99 francs, sorti en 2007, à partir d’un roman de Frédéric Beigbeder. C’est une satire au vitriol du monde de la publicité, et par-delà du consumérisme capitaliste. On pense aux thèses de Guy Debord sur la société du spectacle, aux Choses de Perec, ou à ce que dit Baudrillard dans Le Système des objets : la consommation est une pratique idéaliste totale, en ce que s’y consomme sa seule idée même, aucun contact réel avec les choses ne pouvant s’y faire.

 

Pourquoi « désamorçage » ? Parce que ce film est passé sur une chaîne privée, qui tire ses revenus de la publicité. Le film a donc été entrecoupé de spots publicitaires, au point qu’on ne savait pas les distinguer des spots ironiques du film lui-même, l’ensemble faisant un tout indiscriminable, et l’intention de dénonciation du cinéaste se dissolvant totalement par ce voisinage aplatissant. On n’y pouvait plus lire le ton antiphrastique : ainsi chez Andy Warhol la boîte de soupe Campbell, la bouteille de Coca-Cola, peintes pour dénoncer l’aliénation du consommateur moderne, ont pu être récupérées et prises au premier degré, comme un péan à la gloire de la consommation (voir aussi mon billet « Récupération », Golias Hebdo, n°337).

 

J’ai pensé aussi au premier discours de Zarathoustra chez Nietzsche, dit « Le Prologue » : il dresse aux hommes leur propre tableau d’êtres petits et mesquins, unidimensionnels, pour les dégoûter d’eux-mêmes. Mais la foule demande précisément à être ce « dernier homme » qui vient de lui être dépeint, ne veut en aucun cas du « Surhomme » proposé !

 

De ma soirée télévisée, j’ai tiré la conclusion qu’aucun film, qu’aucune œuvre ne résistera à l’obscène règne de la publicité et de l’argent, au désir de faire malgré tout des affaires comme à l’habitude : Business as usual !

 

 

Désamorçage

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche