Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 00:01
Vitrail (5)

Le vitrail se résout à n'être

Que le rideau d'une fenêtre...

 

 

Repost 0
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 00:01

À l’issue d’une messe à laquelle il a assisté avec le Premier ministre, en souvenir du Père Hamel assassiné l’an dernier par des terroristes islamistes, notre Président a déclaré : « Sans en diminuer l’horreur, le martyre du père Hamel n’aura pas eu lieu pour rien. Un an après nous en discernons le sens. Cela nous a rendus plus fidèles encore à ce que nous sommes, plus fidèles encore à ce qu’ils ont voulu abattre... » Or, un peu plus tôt, il avait dit : « La République garantit la liberté de croire comme de ne pas croire. La République n’a pas à combattre une religion. Elle œuvre chaque jour à ce que chacun puisse croire ou pas, en homme libre. » (Source : LeFigaro.fr, 26/07/2017)

 

Eh bien, je prétends que ces deux extraits ne vont pas du tout l’un avec l’autre, sont parfaitement contradictoires. En effet le second fait l’éloge de la laïcité, qui en effet garantit non seulement la liberté de croire, mais aussi, et on l’oublie bien souvent, celle de ne pas croire. Mais le premier le contredit, en qualifiant l’assassinat du Père Hamel de « martyre ». Or ce mot est religieux. Il désigne, selon Le Robert, « la mort, les souffrances qu’un martyr, une martyre endure pour sa religion, pour ne pas renier sa foi ». Le Père Hamel n’a été un « martyr » que pour les catholiques, dont il faut rappeler d’ailleurs que seulement 5% d’entre eux vont régulièrement à la messe. Pour la grande majorité du peuple français, il a été simplement une victime innocente de la barbarie terroriste. C’est cette dernière qualification, tout à fait neutre, qu’on aurait attendue de la part d’un Président d’une république laïque, qui ne doit prendre parti précisément pour aucun parti religieux en adoptant son vocabulaire.

 

Je ne sais si le président a rédigé lui-même ce discours, ou s’il l’a fait écrire par un autre. De toute façon, le rédacteur aurait dû se souvenir de la phrase de Confucius : « La première tâche du gouverneur d’un peuple est de restaurer le sens des mots. » Ou encore de celle de Camus : « Mal nommer les choses, c’est ajouter du malheur au monde. »

 

D.R.

D.R.

***

 

Nota : Le procès en béatification de Jacques Hamel, "prêtre et martyr", est officiellement ouvert dans l'Eglise catholique. Cliquer : ici.

Repost 0
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 00:01

« L’Histoire de la Littérature s’est grandement développée de nos jours, et dispose de nombreuses chaires. Il est remarquable, par contraste, que la forme d’activité intellectuelle qui engendre les œuvres mêmes, soit fort peu étudiée, ou ne le soit qu’accidentellement et avec une précaution insuffisante. Il est non moins remarquable que la rigueur qui s’applique à la critique des textes et à leur interprétation philologique se rencontre rarement dans l’analyse des phénomènes positifs de la production et de la consommation des œuvres de l’esprit.
Si quelque précision pouvait être atteinte en cette matière, son premier effet serait de dégager l’Histoire de la Littérature d’une quantité de faits accessoires, et de détails ou de divertissements, qui n’ont avec les problèmes essentiels de l’art que des relations tout arbitraires et sans conséquence. La tentation est grande de substituer à l’étude de ces problèmes très subtils, celle de circonstances ou d’événements qui, pour intéressants qu’ils puissent être en eux-mêmes, ne nous disposent pas, en général, à goûter une œuvre plus profondément, ni à concevoir de sa structure une idée plus juste et plus profitable. Nous savons peu de chose d’Homère: la beauté marine de l’Odyssée n’en souffre pas ; et de Shakespeare, pas même si son nom est bien celui qu’il faut mettre sur le Roi Lear.
Une Histoire approfondie de la Littérature devrait donc être comprise, non tant comme une histoire des auteurs et des accidents de leur carrière ou de celle de leurs ouvrages, que comme une Histoire de l’esprit en tant qu’il produit ou consomme de la ‘littérature’, et cette histoire pourrait même se faire sans que le nom d’un écrivain y fût prononcé. On peut étudier la forme poétique du Livre de Job ou celle du Cantique des Cantiques, sans la moindre intervention de la biographie de leurs auteurs, qui sont tout à fait inconnus. »

Paul Valéry, « De l’enseignement de la poétique au Collège de France », 1937

Cette citation figure à la fin du chapitre 15, "Qu'est-ce qu'une caractérisation fictive ?", de mon dernier ouvrage La stylistique expliquée - La littérature et ses enjeux. Elle résume tout mon livre et toute la démarche intellectuelle qui a été la mienne depuis toujours :

 

Cliquer : ici

 

"Cette histoire pourrait même se faire sans que le nom d’un écrivain y fût prononcé" - J'ai appliqué cette méthode dans tout mon enseignement du français en hypokhâgne, où j'ai souvent fait étudier des textes sans nom d'auteur. Ce qui compte c'est l'oeuvre elle-même, la voix de l'auteur, ce qu'il dit et sa façon de le dire, et non sa biographie (ce qu'on nous en dit).

 

***

 

En élargissant au domaine religieux :

 

La voix d'un personnage (comme Jésus), son message sont bien plus importants que ce qu'on nous dit de sa vie, et qui est très souvent purement inventé, fait de "caractérisations fictives". Bref l'Evangelium Christi, non l'Evangelium de Christo - l'Evangile du Christ, non l'Evangile au sujet du Christ.

 

Sur les caractérisations fictives de l'Evangile, voir par exemple :

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche