Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 01:01

Elle est à nouveau au cœur de l’actualité, à la suite de l’agression dont a été victime une enseignante du lycée Branly de Créteil, sur laquelle un élève a braqué un pistolet en exigeant qu’elle le marque « présent » alors qu’il était arrivé en retard. Que le pistolet se soit ensuite avéré factice ne change rien au caractère sidérant de la scène.

 

Cela fait bien longtemps que l’on assiste à des conduites comparables, et cela, malgré ce qu’on dit, dans la majorité des établissements. Que ces actes en milieu scolaire reflètent la violence générale qui affecte la société est évident, mais ne les excuse en rien. Les sociologues devant ce véritable ensauvagement avancent plusieurs explications : individualisme forcené, revendication exclusive par chacun de ses droits au détriment de ses devoirs, déclin des valeurs ordinairement transmises par la famille, etc. Je suis d’accord avec eux, sauf quand ils font des délinquants des victimes de leur environnement. Cette culture de l’excuse, ce que Pascal Bruckner naguère appelait la « tentation de l’innocence », oublie que d’autres ont subi le même conditionnement, mais n’ont pas réagi de la même façon. Alléguer ici un déterminisme social absolu fait bon marché de la liberté de chacun, réduit ainsi à n’être que le jouet des circonstances.

 

Le plus préoccupant peut-être ici est la minoration systématique que fait la hiérarchie face à de tels actes, qualifiés d’« incidents », ou d’« incivilités ». Vouloir y répondre fermement relève alors d’une attitude « non pas éducative, mais répressive ». La vérité est que le directeur veut avoir dans son établissement le moins de conseils de discipline possible, pour qu’il soit mieux noté, et que la prime afférente lui soit bien attribuée. En quoi il est bien complice de cette violence. « Complice, disait Péguy, c’est pire qu’auteur, infiniment pire. C’est même pire que faire, car celui qui fait, il a au moins le courage de faire. Mais pour celui qui laisse faire, il y a la lâcheté en plus. » Et il concluait : « Il y a partout une lâcheté infinie. » Il n’y a rien de si actuel. [Voir : #pasdevague]

 

D.R.

 

***

 

Nota : Ce texte est aussi publié en volume. Retrouvez-le, avec toutes mes chroniques revues et enrichies, réunies sous forme de livres édités chez BoD en version papier et en version électronique, et constituant une collection de plusieurs tomes :

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages