Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 01:01

En complément à ma photo et mon poème Brisures, publiés hier, voici une ancienne chronique sur ce sujet (parue en juillet 2015) :

 

Brisure

 

Elle est ordinairement vue de façon négative. Qu’un objet cher, ou encore notre cœur, vienne à se briser, et nous voici bien malheureux. Cependant qui nous dit que nous avons raisons de nous affliger ainsi ? Nous pouvons essayer la réparation, et ce qui s’est brisé nous sera plus cher encore.

 

Je pense à l’usage japonais du kintsugi : c’est une méthode de réfection des poteries brisées, les traces de la réparation étant volontairement laissées bien visibles, et donnant ainsi à l’objet une plus-value. On prend en compte son passé, son histoire et les accidents éventuels qu’il a pu connaître. Sa brisure ne signifie plus sa fin ou sa mise au rebut, mais un renouveau, le début d’un autre cycle et une continuité dans son utilisation. C’est pourquoi on ne cache pas les réparations, mais au contraire on les met en avant.

 

Cela nous surprend sans doute, habitués que nous sommes, dans une civilisation de l’éphémère et du jetable, à ne plus rien réparer, mais à tout remplacer. Pourtant nous devrions méditer sur l’exemple japonais. Les conséquences philosophiques et esthétiques sont considérables. D'abord elles évitent l’amnésie et l’absorption dans l’instant qui nous caractérisent, en préservant la mémoire des choses. Chargées d’histoire et de cicatrices, elles nous touchent plus que flambant neuves. Qui ne voit que ce qui fait leur prix même est d’être fragiles et toujours menacées ?

 

D’autre part, la réussite en art est toujours dans la brisure d’un code, le bug dans le programme. Ce qui est attendu touche moins que ce qui surprend et désarçonne, brise l’habitude. Quand nous voulons dire que telle œuvre est faible, nous disons bien qu’« elle ne casse rien ». Et quand elle nous touche au contraire, nous disons qu'elle « déchire ». Le chanteur de flamenco, pour toucher l’auditoire et atteindre enfin le duende, boit une rasade d’alcool fort, pour volontairement se briser la voix. Éraillée, elle fera mieux parler l’âme qu’une voix lisse. Cela vaut aussi pour la poésie : voyez la conférence de Lorca Jeu et théorie du duende (1930). Certes on reste toujours blessé par la rencontre de l’Ange divin, ainsi qu’il est arrivé à Jacob (Genèse 32/24-32). Mais dans ces blessures et brisures de la vie l’Essentiel nous effleure : sachons les écouter.

 

Bol réparé selon la technique japonaise du kintsugi

Bol réparé selon la technique japonaise du kintsugi

Brisure

***

 

Voici le lien pour voir ma photo et lire mon poème :

Partager cet article

Repost0

commentaires

Anda 14/02/2019 23:58

Bonsoir Michel
Je ne connaissais pas la notion de "kintsugi" qui est très intéressante et ne correspond pas du tout aux pratiques de notre société. Elle raconte une histoire avec ses accidents et ses aspérités et donne ainsi la perception d'une continuité et de quelque chose d'unique. C'est un peu comme les rides et les cicatrices qui sont les traces d'une vie et qui me touchent énormément.
Amitiés
Anda

www.michel-theron.fr 15/02/2019 13:21

Bonjour Anda.
Merci de votre message, qui me fait très plaisir. Effectivement dans une société de l'éphémère et du jetable il n'y a pas place pour le respect des traces du temps. C'est aux êtres sensibles et aux artistes, comme vous par exemple, d'y faire attention. En proximité. Amitiés. M.

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages