Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 01:01

Son rôle est très important, surtout quand il s’agit de textes sacrés qui orientent la vie des fidèles. Il peut être déstabilisant d’en changer. Ainsi je viens d’apprendre qu’une nouvelle traduction liturgique de la Bible, qui propose une autre version de la dernière demande du Notre Père, est utilisée dans l’Église catholique depuis le premier dimanche de l’Avent (Source : Protestinfo.ch, 28/12/2015 : « Nouvelle menace sur l’unité du Notre Père »)

 

Alors que le texte en vigueur depuis 1966 dit : « Et ne nous soumets pas à la tentation », la nouvelle version affiche : « Et ne nous laisse pas entrer en tentation ». Voici l’explication de l’abbé Philippe de Roten, directeur du centre romand de pastorale liturgique : « La traduction de 1966 suscitait des insatisfactions du côté catholique, car elle fait penser que Dieu place volontairement les humains dans une situation difficile. Je suis content que ce changement soit réalisé. » (même source)

 

Je comprends parfaitement cet argument. Malheureusement je constate que le texte porte bien « soumettre », aussi bien dans le grec original (eispherein) que dans sa traduction latine (inducere, d’où notre : « induire »). Quant à la traduction maintenant proposée, elle n’est absolument pas nouvelle, mais elle traduit simplement une correction que Marcion avait proposée en son temps sur le texte de Luc 11/4. La variante « Ne nous laisse pas succomber à la tentation », que j’ai apprise moi-même au catéchisme dans les années 1960, traduisait elle aussi la correction de Marcion.

 

Je comprends bien qu’on n’aime pas l’idée d’un Dieu tentateur. Il suffit de lire l’épître de Jacques : « Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise : ‘C’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne.’ » (1/13) Mais qui s’excuse s’accuse, car que fait Dieu lui-même vis-à-vis d’Abraham, sinon le « tenter » ? (Genèse 22/1). Assurément il y a un côté « diabolique » de Dieu, visible dans la version canonique du Notre Père. Que pour des raisons de bienséance on traduise maintenant un autre texte est une revanche posthume de Marcion et des groupes marcionites, qu’on a pourtant excommuniés en leur temps.

 

Traduction

A écouter aussi :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche