Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 00:01

Quoi de plus beau que ce mot ? Il panse les blessures, apaise les animosités, insuffle dans les âmes un salutaire élan vers l’avenir. Et pourtant les modalités n’en sont pas simples. Ainsi le Synode de l’Église évangélique vaudoise, à qui le pape François avait demandé pardon en juin de l’année dernière pour les persécutions subies par les Vaudois de la part de l’Église catholique, lui a répondu dans une lettre ne pas pouvoir se « substituer à ceux qui ont payé de leur sang et avec d’autres souffrances leur témoignage à la foi évangélique » et « ne pouvoir pardonner à leur place » (Source : la-croix.com, 25/08/2015)

 

Il me semble bien en effet qu’en toute logique le pardon doit être donné par la victime elle-même, et non par ses descendants. La demande de pardon rétrospectif de la part des successeurs ou « ayants-droit » du criminel est par bien des côtés une solution de facilité, fait oublier l’horreur du crime lui-même. Cela me fait penser, dans un ordre d’idées comparable, à ces « lois rétroactives », que notre droit récuse, en vertu de l’article 8 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 : « Nul ne peut être puni qu’en vertu d’une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée ». Le gouvernement de Vichy en a fait un usage barbare, comme il se voit dans le film de Costa-Gavras, Section spéciale (1975).

 

Bref, pour que le pardon ait un sens, il faut que les victimes soient encore présentes pour l’accorder. Sinon, c’est une trahison à leur égard. Par exemple, les protestants d’aujourd’hui pourraient-ils pardonner à l’Église catholique, à supposer qu’elle le leur demande, le massacre de la Saint-Barthélemy ? Je ne le pense pas. Ou encore, les descendants des victimes de la Shoah peuvent-ils pardonner aux bourreaux de celles-ci ? Ce serait se substituer indûment à elles, oublier le tragique gaspillage que fut leur mort, et pourquoi pas y voir une quelconque utilité, comme il se voit chez nous dans le dogme à mon avis barbare de la réversibilité, selon lequel les mérites du martyr sacrifié profitent à l’ensemble de la communauté.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

stéphane Pahon 08/05/2016 23:38

Bonjour Michel.
Je suis d'accord avec votre billet.
Pour ma part je pense que ce mot de "pardon" est utilisé de maniére abusive dans certaines églises, mais aussi, paradoxe, dans des sociétés dites laïque et non religieuse.
Mais ce n'est pas ceci qui me troubles, mais le fait que pour réconcilier les gens et créer un "vivre ensemble", on soit prêt à parler au nom des morts, des absents, ou à les faire parler.
On refait les procès du passé, avec les critères de notre époque...
Je m'exprime mal, pardon. En gros on fait de la com de masse à bas pris. Les policiens, les clercs de la Curie Romaine. .. savent tres bien faire...
Comme vous l'évoquez dans un autre article, on prends même le risque de penser qu'il ne faut pas esseyer de comprendre, d'expliquer. ..
Bref. Pardonne à tout va, et circule. Y a rien à voir !

Ce texte n'est pas tres précis, pardon... ni bien écrit.
Amitiés, Stéphane Pahon.

www.michel-theron.fr 10/05/2016 13:09

Cher Stéphane, vous pouvez voir les commentaires suscités sur le site de Golias par ce billet "Pardon" en cliquant sur le lien suivant : http://golias-news.fr/article6405.html

Maiten Court 29/04/2016 17:03

La sympathie que j'éprouve à ton égard m'a conduite à chercher à comprendre le point de vue que tu exprimes dans ces quelques lignes sur le pardon. Malheureusement je me heurte au problème de la culpabilité qui pour moi appartient au champ de la responsabilité. Comment serions nous coupables d'actes, de crimes passés avant notre naissance? aussi je trouve profondément injuste la réserve que beaucoup de protestants manifestent à mon égard, alors que je fais tout ce que je peux pour reconstruire pour une fraternité détruite par d'anciennes querelles dont nous ne sommes responsables ni les uns, ni les autres. Pour moi qui suis croyante en l'Amour, j'ai du mal à comprendre comment on peu justifier la rancune vis-à- vis de vivants au nom de la fidélité à des personnes décédées il y a plusieurs siècles. J'avais déjà mal compris la demande de pardon du Pape qui n'est pas plus que nous responsable des actes de barbaries de la saint Barthélémy...On peut se demander si c'est une lecture fondamentaliste de la Genèse qui a provoqué cette idée de culpabilité transmissible de générations en générations en dehors de toute responsabilité personnelle?

www.michel-theron.fr 29/04/2016 23:59

Merci de ce commentaire. Il est évident que les générations actuelles ne sont en aucune façon responsables de ce qu'ont fait les générations antérieures. Pour le fait qu'évoque mon article, l'Eglise vaudoise a été touchée et émue par la démarche du Pape, mais elle a dit simplement ne pas se sentir en droit de se substituer aux victimes quant à la demande de pardon. A partir de là, on pourrait dire que le pardon n'est pas l'absolution, mais simplement la manifestation d'un désir de vivre ensemble, côte à côte, pour l'avenir. Le problème est que le mot de "pardon" dans l'Eglise catholique est toujours associé à l'idée d'absolution : c'est sur cette dernière que s'achève le sacrement de pénitence, aujourd'hui euphémisé en sacrement de réconciliation : "Ego te absolvo..." - "Je t'absous, etc."

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche