Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 00:01

Ce mot fait toujours peur dans le monde de l’éducation. Ainsi les étudiants qui manifestent aujourd’hui contre les mesures organisant leurs études voient dans les « prérequis » nécessaires pour entrer à l’Université une hypocrite façon de désigner ce qui est en réalité une sélection.

 

En quoi ils ont parfaitement raison. Mais préfèrent-ils la sélection par l’argent, qui permet aux seuls étudiants fortunés de s’inscrire dans des organismes privés, où les études coûtent fort cher ? Préfèrent-ils encore la sélection bien réelle aussi qui s’est pratiquée jusque ici dans certaines Universités publiques, qui faute de suffisamment de places ont procédé pour les admissions au tirage au sort ?

 

Est-il rien de plus injuste que cette méthode ? Et pourtant je suis sûr que certains étudiants la préféreraient. Le tirage au sort garantit en effet l’égalité totale des individus, indépendamment de leur mérite personnel, et dérive de cette obsession de l’égalité totale qui est la pathologie majeure de la démocratie. Montesquieu dans L’Esprit des lois dit qu’elle meurt ordinairement ce que qu’il appelle « l’esprit d’égalité extrême », nous dirions aujourd’hui l’égalitarisme. Toutes différences y sont refusées et combattues, comme sur le lit de Procuste. Quoi de plus égalitaire alors que se fier au hasard, à la loterie ? Cela dispense de faire retour sur soi, d’examiner ses propres capacités. Le refus de toute sélection au mérite repose sur cette invidia democratica, cette haine démocratique à l’égard de toute différence. Ce n’est pas pour rien qu’aujourd’hui les jeux de hasard sont si populaires : il ne faut pas beaucoup réfléchir pour gratter un ticket de loterie, et chacun estime y avoir sa chance.

 

Enfin je soulignerai ici un détestable abus de mot. On parle de « grève » des étudiants. Mais un étudiant bénéficiant d’un service public ne travaille pas, il coûte à la collectivité. Quand un vrai travailleur fait grève, il perd son salaire. Et il n’empêche pas les autres de travailler, à l’opposé de cette « grève des examens », où on empêche ceux qui voudraient les passer de le faire, et d’assurer ainsi leur propre avenir.

 

 

D.R.

 

 

***

 

Nota : Retrouvez toutes mes chroniques revues et enrichies, réunies sous forme de livres édités chez BoD en version papier et en version électronique, et constituant une collection de plusieurs tomes. Cliquer sur :

Partager cet article

Repost0

commentaires

stéphane Pahon 23/05/2018 08:47

Bonjour Michel. Selection...
Texte sage et belle reflexion.

www.michel-theron.fr 23/05/2018 12:08

Merci Stéphane. Ce texte est "intempestif" (contre l'air du temps), mais je cois qu'il faut parfois aller contre la "doxa" ! Amitiés. Michel

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages