Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2018 2 11 /09 /septembre /2018 00:01

 

Lors de la dernière Foire Internationale d’Art Contemporain, qui vient de se clore à Paris, un « artiste », couronné par le prix Marcel Duchamp, a exposé six authentiques bananes, sur un socle destiné à les mettre en valeur. Le prix demandé pour l’ensemble se situe entre dix mille et quinze mille euros. À l’évidence, et si précieux que soit le socle, cela fait cher le kilo de bananes. Et à côté de cela, beaucoup de démunis fouillent les poubelles pour trouver un minimum à manger. Gageons que s’ils avaient pu entrer à cette FIAC, et s’ils avaient vu ces bananes, ils auraient pu les rendre à leur fonction initiale d’aliment, comme celui qui à Nîmes naguère avait rendu à l’urinoir de Marcel Duchamp sa fonction première, en urinant dedans. Il fut d’ailleurs poursuivi en justice, pour crime de lèse-œuvre artistique.

 

Le conformisme du public est effrayant. Il suffit d’un lieu majestueux, d’un catalogue luxueux, d’un article de critique connu, voire d’une déclaration présomptueuse de l’« artiste » lui-même, relayé par les médias, laissant présumer que ce qu’il montre est une œuvre, pour que n’importe quoi se trouve sacralisé. Comme on se souvient peut-être des condamnations qui ont frappé en leur temps Les Fleurs du mal ou Madame Bovary, on a peur de passer pour un béotien, et on gobe tout.

 

On nous dira que c’est l’intention qui a poussé à exposer ces bananes qui compte, qu’il faut comprendre le processus lui-même, l’impor­tance du regard dans la constitution de l’œuvre, etc., donc ne pas s’arrêter à cela seul qu’on voit. C’est le propos de tout l’art qu’on dit « conceptuel ».

 

Mais l’art n’a a pas à voir avec une intention ou un concept : il concerne la sensibilité aux formes, où le réel est effectivement transfiguré par le regard nouveau d’un vrai artiste. Ainsi l’asperge de Manet n’est pas une asperge en tant que légume : c’est un magnifique et souverain geste graphique, qui renvoie au savoir-faire du peintre, capable de résumer ce qu’il voit en idéogramme du réel.

 

Beaucoup d’installations contemporaines qui encombrent nos foires d’art, expositions, musées, ne résisteraient pas si un seul visiteur décidait d’aban­donner le respect et se mettait à rire de ce qu’il voit, entraînant à sa suite, par contagion libératrice, le rire irrépressible de tous les autres. Il suffirait d’en faire l’expérience !

 

10 novembre 2011

 

***

 

Nota : Ce texte est aussi publié en volume. Retrouvez-le, avec toutes mes chroniques revues et enrichies, réunies sous forme de livres édités chez BoD en version papier et en version électronique, et constituant une collection de plusieurs tomes :

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages