Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 01:01

C’est le procédé que pratique quotidiennement l’actuel président des États-Unis à l’égard de ceux et celles qu’il n’aime pas. Un florilège édifiant vient d’en être dressé par l’AFP, le 11/10/2019, qu’on trouve sur Internet, avec le nom des destinataires : « lèche-cul », « raclure », « face de cheval », « Hillary-la-Crapule », « chienne », « foldingue », « ratée pleurnicheuse », « petit QI », « Fils de pute », « truie », etc. À quoi il faut ajouter l’expression d’une vidéo de 2005, exhumée en 2016, où l’homme d’affaires se vantait alors de pouvoir « choper les femmes par la chatte » – ce qui d’ailleurs ne l’a pas empêché ensuite d’être élu.

 

Ou même a contribué à l’être ! Car plus on vise bas, plus on plaît au peuple, dont on flatte les instincts. Celui-ci n’aime pas un langage châtié. Il préfère entendre, dans la bouche de celui qui se présente à ses suffrages, le langage dont lui-même se sert. C’est ce qu’ont bien compris, de tout temps, tous les démagogues. Le tragique de la démocratie est là : la majorité n’est pas toujours celle qui réfléchit le plus.

 

Une fois cette voie prise, l’agressivité déborde constamment. L’être s’animalise, comme il se voit par exemple dans Rhinocéros d’Ionesco : face à la foule victime de l’épidémie de « rhinocérite » et qui ne fait que barrir, le héros est bien seul à vouloir encore parler un langage humain, c’est-à-dire mesuré et contrôlé par la raison.

 

Mais Donald Trump n’en a cure. Il aboie plus qu’il ne parle, comme un chien excité dans une meute, avant la curée et l’hallali. Dans sa bouche, chaque coup de langue devient un coup de lance. Et dans beaucoup de cas on ne lui en tient pas rigueur, car d’abord il peut mettre les rieurs de son côté, et ensuite beaucoup préfèrent la boxe à la réflexion.

 

Cette tendance n’est pas propre aux États-Unis. Combien de talk-shows politiques, chez nous même, n’intéressent les gens que s’ils y voient un pugilat, dont on compte les points. Il n’est pas étonnant qu’insultes et noms d’oiseaux fusent librement, encouragés par les journalistes, auxquels ainsi le buzz est garanti.

 

L’insulte est un exemple particulier de cette absence de pensée, par quoi Hannah Arendt définissait le mal. Mais prenons-y garde. On peut répondre à une insulte par une autre insulte, par pur réflexe. Ainsi on en vient d’abord aux mots, puis aux mains. Et quand on perd la civilité, le résultat peut être la guerre civile.

 

D.R.

 

***

 

Retrouvez toutes mes chroniques de Golias Hebdo, publiées en plusieurs volumes, sous le titre Des mots pour le dire, chez BoD. Sur le site de cet éditeur, on peut en lire un extrait, les acheter... Cliquer : ici.

 

Notez que ces livres sont aussi tous commandables en librairie (diffusion : SODIS), et sur les sites de vente en ligne (Amazon, Fnac, etc.).

Partager cet article

Repost0

commentaires

emma 05/11/2019 14:14

c'est terrifiant, et ne serait que lamentable s'il ne s'agissait du maitre du monde, ou presque - il y a eu un sujet de bac "la démocratie est elle la médiocratie ? "

www.michel-theron.fr 05/11/2019 17:36

Merci de ce commentaire, avec lequel je suis tout à fait d'accord. Voyez en écho le film "Idiocracy" : https://fr.wikipedia.org/wiki/Idiocracy. - Bien à vous. M.T.

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages