Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 01:01
Sumac - 27 octobre 2016, 12 H 12

Sumac - 27 octobre 2016, 12 H 12

Ephémère beauté

Au goût d'éternité

 

Au fond de nous présence

Du lointain de l'enfance

 

Toujours à nos côtés

Même demain ôtée

 

Et mourir et renaître

Sont les saisons de l'être...

 

 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 01:01

Dimanche 30 octobre, vers 3 heures du matin, les policiers de Toulouse ont été alertés par des passants de la présence en ville d’un homme habillé en noir et kaki et pointant un fusil d’assaut. Selon ces témoins, il aurait également crié « Allahou akbar ! ». L’individu une fois interpellé, il s’est avéré que sa tenue était un déguisement d’Halloween, et que l’arme était factice. Ce jeune homme, âgé de 26 ans, a assuré qu’il « ne comprenait pas ce qu’on lui reprochait ». Et il a expliqué aux policiers : « À Halloween, on a le droit de tout faire. » (Source : Leparisien.fr, 01/11/2016).

 

Manifestement il ne s’est pas effrayé d’effrayer les autres, et il ne s’est même pas demandé s’il risquait lui-même sa vie, en pouvant attirer par la menace qu’il représentait une riposte des forces de l’ordre.

 

Je reste sidéré devant tant d’inconscience. Cela m’a fait penser au film de Bertrand Tavernier, L’Appât (1995), où une jeune femme sert d’« appât » en boîtes de nuit, faisant semblant d’être séduite et permettant ainsi à ses acolytes de s’introduire chez sa proie pour la dépouiller. Ce film, inspiré d’un fait réel, s’achève par une scène de torture et de folie sanguinaire. Et c’est la réflexion de l’héroïne à la fin qui ressemble à celle du jeune homme du fait-divers toulousain. Aux policiers qui l’ont arrêtée, elle demande naïvement « si elle sera sortie pour Noël ».

 

Naïveté et inconscience semblent aujourd’hui ne pas avoir de limites dans certains esprits. La séparation n’y est pas faite entre le jeu et le sérieux. Mais aussi c’est un trait de notre époque, caractérisée par un éthos de l’amusement généralisé, que Baudrillard appelait la fun morality. Je pense encore à ce rire léger et convivial, répandu un peu partout, sur fond de nihilisme, que Lipovetsky naguère a analysé dans L’Ère du vide. Et c’est bien sur un vide, prenant comme ici des profondeurs abyssales, que s’édifie notre modernité. Notre jeune écervelé nous en renvoie bien l’image, véritablement celle d’un monde light : 0% de matière grise !

 

D.R.

D.R.

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 01:01

Voici la recension de mon livre numérique Théologie buissonnière, qu'André Gounelle a faite pour Evangile et Liberté :

 

***

 

Michel THÉRON, Théologie buissonnière, Olivétan, 663 pages. Livre numérique.

 

Michel Théron nous offre une agréable et instructive promenade parmi quelques « notions fondamentales de culture religieuse ». Il a choisi environ 80 mots (rangés en ordre alphabétique depuis « Agneau de Dieu » jusqu’à « Zèle ») qu’il commente avec la gourmandise d’un fin lettré et une tendresse amusée pour les étrangetés du religieux mais aussi attentive à ses profondeurs. Il aime les phrases et les mots, il les décortique, les assaisonne, les déguste. Il relie les textes dans des jeux de miroirs et d’échos. Parfois, il va jusqu’à des calembours, mais ces calembours ont du sens (un exemple savoureux : « Ne peut-on préférer le Christ enseignant qui nous sauve au Christ qui nous sauve en saignant ? »). Il ne s’agit nullement d’un vocabulaire théologique et historique, pas plus que le Dictionnaire philosophique de Voltaire (à qui j’ai souvent pensé en lisant ce livre) n’est un dictionnaire technique de philosophie.

Bien que l’érudition y soit considérable, ce livre ne s’adresse pas à des spécialistes, mais plutôt à un public cultivé, marqué par un christianisme traditionnel qui le satisfait peu, même s’il est sensible à certain de ses thèmes. De très nombreux textes du Nouveau Testament sont commentés et expliqués (avec une insistance sur les mots employés, sur leur étymologie et sur leurs combinaisons grammaticales) ; l’évangile de Thomas est aussi souvent cité. Les références culturelles débordent largement la littérature classique ; elles s’étendent à la peinture, au cinéma, à la chanson, voire à la publicité, etc. Ces références n’éloignent pas du vécu concret, mais l’expriment et l’éclairent. Malicieux, méditatif, réfléchi, bien informé et non conformiste, ce livre nous sort de nos routines, nous aide à penser sans jamais rien nous imposer.

Les éditions Olivétan l’ont publié sous forme électronique, ce qui est judicieux et pratique ; judicieux parce que ce livre est fait pour être feuilleté (on consulte tel ou tel article) plutôt que pour être lu de bout en bout ; pratique parce que, mieux qu’une version « papier », on facilite ainsi des renvois non seulement d’article à article, mais aussi à d’autres documents. Du coup la « promenade » peut très vite déboucher, si on le désire, sur une exploration élargie et approfondie. Ce n’est pas un des moindres mérites de cet ouvrage que d’inciter à aller ailleurs et plus loin ; on sent ici tout l’art pédagogique du professeur incitateur ou éveilleur et non doctrinaire qu’a été M. Théron.

 

André Gounelle

 

***

 

Lien pour cet ouvrage :

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages