Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 00:01

Faut-il toujours écouter celui que nous donnent nos amis ? Ainsi l’un des miens vient de m’avertir de l’indisposition où je pourrais mettre mes lecteurs, en faisant un examen critique de la foi dans laquelle ils ont baigné depuis l’enfance.

 

C’était bon pour il y a quelques décennies, m’a-t-il dit, quand l’Église était forte et sûre de son pouvoir. Mais maintenant la société est de plus en plus sécularisée, les églises se vident, et la foi chez les derniers fidèles est de plus en plus chancelante : elle a besoin, non pas d’être fragilisée, mais réconfortée.

 

Et avec les derniers attentats, le temps n’est plus au doute, il ne faut pas souffler la petite flamme prête de s’éteindre de ceux qui croient encore chez nous, il faut étayer le dernier courage qui leur reste. Bref, on ne tire pas sur une ambulance.

 

Il ne faut donc pas dire que les textes sacrés sont hétéroclites, voire contradictoires, que certains sont d’une extrême violence, que s’ils paraissaient aujourd’hui ils tomberaient automatiquement sous le coup des lois pour apologie du meurtre, que l’image de Dieu qu’ils nous donnent n’est pas très flatteuse, au point d’y faire voir parfois un pervers sadique à l’image des dieux païens.

 

Il ne faut pas contester qu’il a livré pour notre salut son fils unique, sinon que dira-t-on pour les consoler à des parents qui viennent de perdre leur enfant ?

 

Il ne faut pas leur montrer qu’à s’inférioriser constamment dans le sentiment du péché ils risquent de s’emplir de rancœur et de devenir par inhibition violents à leur tour, car qui a peur fait peur.

 

Pas plus qu’à s’exalter follement dans l’espé­rance ils risquent de perdre la nécessaire attention au moment présent, et de faire bon marché de leur vie terrestre au bénéfice d’une vie future et d’un paradis rémunérateur où ils trouveront enfin le bonheur.

 

Surtout il convient bien de souligner l’impor­tance décisive de cette croix salvatrice à l’image de laquelle ils doivent modeler leur vie en renonçant aux simples plaisirs qu’ils y peuvent trouver, en faisant une croix dessus.

 

C’est ainsi qu’ils ont été élevés, a conclu mon ami, et c’est là ce que montrent certains textes qui ont pour eux l’ancienneté, auxquels ils sont habitués et qu’il ne faut pas mettre en question, pas plus que beaucoup de dogmes qui ont été promulgués en étant inspirés par le Saint-Esprit, et pas plus encore que toute la catéchèse ecclésiale qui les a bercés. – Et au fond, qui ne préfère dormir à s’éveiller ?

 

Le quittant, je me suis bien promis de réfléchir à ce qu’il m’a dit.

 

[Article paru dans ma rubrique Des mots pour le dire,

Golias Hebdo, 25 février 2016]

 

 

***

 

Retrouvez tous mes articles de Golias Hebdo, publiés en plusieurs volumes, sous le titre Des mots pour le dire, chez BoD. Sur le site de cet éditeur, on peut en lire un extrait, les acheter... Cliquer : ici.

 

Notez qu'ils sont aussi tous commandables en librairie, et sur les sites de vente en ligne (Amazon, Fnac, etc.).

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 00:01

Voici un lien Youtube qui mène vers une interview récente présentant mon parcours intellectuel (durée : 12' 02"). Cliquer : ici, ou bien sur l'image ci-dessous.

 

 

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 00:01

La Lettre d’origine évangélique dont j’ai parlé dans mon billet Délivrance (Golias Hebdo, n°635) défend toujours une réactualisation des chants liturgiques, qui doivent être dans le vent, sans aucun doute pour ratisser large, et attirer les jeunes en église. Les chants de louange, par exemple, doivent être « relookés » selon les standards musicaux modernes (rock, pop, etc.).

 

À côté de cela, la dernière livraison évoque pour le célébrer le sacrifice des soldats alliés lors du Débarquement de juin 1944 sur les plages normandes. Mais à la fin voici ce qu’on lit : « 2000 ans plus tôt, un autre sacrifice a coûté un prix immense. Pour que nous puissions marcher, en paix, dans l’éternité, réconcilié avec notre Créateur. »

 

On croit rêver. On pensait reléguée aux vieilles lunes de la théologie cette vision de la Croix rédemptrice et salvatrice, où le supplice du Crucifié nous « réconcilie » avec Dieu. De ce dernier on conviendra qu’elle n’offre pas une image flatteuse. Si réconciliation il doit y avoir avec lui, c’est qu’il est en colère : cette vision d’un dieu courroucé, qu’on a lue dans l’Ancien Testament, a été à la source d’un antijudaïsme chrétien millénaire. En outre, si ce Dieu a été payé par le sacrifice de son Fils, il n’a pas pardonné. Car pardonner implique qu’on efface la dette, non qu’on la recouvre.

 

On peut voir au contraire le supplice du Christ non pas comme un rachat ou une expiation, mais comme un échec même de Dieu. Les Patripassiens ont été jusqu’à dire que le Père lui-même avait souffert sur la croix, et s’était ainsi uni à son Fils. Assurément cela est moins choquant que l’image d’un Dieu se repaissant des souffrances humaines, que Baudelaire par exemple a dénoncée dans son Reniement de saint Pierre.

 

Au fond, les évangéliques veulent moderniser la forme des chants et des musiques (où de toute façon, pris par le rythme et l’entrainement, l’on risque moins de réfléchir), et gardent pour le fond les options de la théologie la plus archaïque. Certes ils pourraient répondre que cette théologie est celle de certains textes bibliques initiaux, ce qui est vrai. Mais le littéralisme n’est pas bon conseiller, et on peut préférer ici la recherche et la réévaluation.

 

C’est ce que font par exemple les protestants libéraux de mes amis, qui à l'inverse des évangéliques, gardent parfois par nostalgie la forme des anciennes musiques et liturgies, mais changent fort à propos le fond théologique des questions.

 

Colère de Dieu - D.R.

 

***

 

Retrouvez tous mes articles de Golias Hebdo, publiés en plusieurs volumes, sous le titre Des mots pour le dire, chez BoD. Sur le site de cet éditeur, on peut en lire un extrait, les acheter... Cliquer : ici.

 

Notez qu'ils sont aussi tous commandables en librairie, et sur les sites de vente en ligne (Amazon, Fnac, etc.).

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages