Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 01:01
La Grande Motte (34) - 27 novembre 2016, 16 H 08

La Grande Motte (34) - 27 novembre 2016, 16 H 08

Tous les rêves où l'on se plaît

Nulle chose ne les égale

Toujours triomphent les reflets

D'une réalité banale...

Repost 0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 01:01

Des milliers de personnes ont pleuré la mort de Fidel Castro. L’affliction et les larmes, visibles sur les images, semblaient vraies. Aussi je me demande comment il se fait qu’un peuple si longtemps soumis à un régime dictatorial puisse manifester tant de marques ostensibles de regret d’avoir perdu son oppresseur.

 

On sait que parfois le chien lèche la main de celui qui le frappe. On peut voir là une image de masochisme, transposable au corps social. On me dira que le bilan de Castro a des côtés positifs, par la prise en charge des besoins matériels de ses compatriotes. Mais le Chien de La Fontaine, dans sa fable Le Loup et le Chien, s’il est certes bien nourri, paie cher cet assistanat : il renonce à sa liberté. Il y a peut-être une sorte de bonheur dans l’esclavage, mais où en est l’honneur ? Nous savons bien, par exemple par l’épisode évangélique de la tentation de Jésus au désert, que l’homme ne vit pas seulement de pain.

 

À supposer, je le répète, que toutes ces larmes répandues sur la mort du Chef de la Révolution aient été sincères, et non pas de convention, ou pire, nées du désir de faire comme tout le monde par peur d’une nouvelle répression, alors il faudrait dire que les peuples ne sont pas cohérents. On sait que la mort de Staline, le « petit père des peuples », a été également beaucoup pleurée. Et pourtant la barbarie stalinienne ne le cède en rien en horreur à la barbarie nazie. Comment se fait-il que, les victimes en étant connues, leur bourreau ait été pleuré ? Je pense à ce que dit Baudelaire : « Et le peuple amoureux du fouet abrutissant ».

 

La dernière hypothèse serait tout simplement la légèreté versatile de la foule, prompte à l’amnésie. La mort de quelqu’un, quel qu’il soit, vaut absolution, suffit à faire oublier ce qu’il a fait. Comme dit Brassens, « On pardonne toujours à ceux qui nous ont offensés / Les morts sont tous de braves types ». Mais ici il ne faudrait pas oublier ce que disait Santayana : « Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre. »

 

Masochisme
Repost 0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 01:01
La Grande Motte (34) - 7 décembre 2016, 17 H 02

La Grande Motte (34) - 7 décembre 2016, 17 H 02

Telle splendeur dans notre vie :

Quelques instants avant la nuit...

 

*

Le moment qui nous transperça

Et qui plus avant ne dura,

 

Telle figure du destin

L'occasion sur notre chemin,

 

Saurons-nous les saisir encore ?

Il n'est rien que Temps ne dévore...

 

 

***

 

  • Sur le kairos (καιρός), voir :
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche