Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 20:54

N" (Textes sur images)

 

Approche

 

Je l’entreprends, je l’entrevois, d’abord très nettement de loin, puis à proportion que j’avance il se dissimule, coins et replis, courbes et vallons, échappant à ma vision nette. Approcher n’est pas toujours mieux voir. Je sais bien que le faux jour a plus de mystère que la clarté, et que c’est dans l’ombre que l’on devine mieux. Je vais laisser venir les choses, mettre de l’ombre dans ma page, du temple dans ma caresse. Ni l’écriture ni l’amour ne se font à la va vite. Il faut en les effleurant faire se dresser les mots, et le corps. Jouer sur les creux, les anfractuosités. Et les échappées vertigineuses, les perspectives inattendues.

 

À de certains moments le découragement me prend de pouvoir jamais toucher vraiment ce qui de si loin était si magnifique promesse. Ce jeu de cache-cache, cette dérobade constante à la prise, ce défi du partenaire, cet aguichage ou ce teasing, comme dans le tango ou le flamenco, ils me pèsent souvent. Pourquoi s’éloigner à mon approche, tel l’horizon, sauf à me vouloir perpétuellement inassouvi ?

 

Mais d’un autre côté je me dis que la caresse est plus humaine que la prise, le viol ou le rapt. Il faut différer, c’est le propre de l’homme. L’homme est une différence différante. La corne du taureau doit effleurer la muleta, simplement l’effleurer. Mouvement asymptotique. Lenteur et hiératisme. Ne pas être violent ou violant, prédateur. Écrire, ce n’est pas se jeter sur les choses, mais les laisser venir. Séduction double : qui prend, et qui est pris ? Effleurer, ne pas peser, suggérer, voilà le rêve.

 

Alors il joue avec moi. Je te tiens tu me tiens. Le sens, le taureau, le corps. Circonlocutions, périphrases, circumambulations. Magie des stations : perdu dans le grand champ, je le vois au loin, tout petit, dans un angle de mon cadre. Je joue avec lui, comme le photographe avec son modèle.

 

À la fin, plus rien. Puis, tout à coup, tout : délivrance et extase finale.

 

De quoi est-ce que je parle ? Mais de l’ascension que j’ai faite, le 11 juillet 2001, dans les Pyrénées Orientales, vers l’Ermitage de Belloch.

 

(Journal juillet 2001– Belloch)

 

© M. T. - 2010

 

 Un-pelerinage-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

→ On peut voir une vidéo qui rend compte de cette marche : Un pèlerinage.

Repost 0
Published by michel.theron.over-blog.fr - dans Textes sur images (Esthétique)
commenter cet article
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 12:35

µ(Photographies) 

 

 

Vitrail-Belloch.jpg

 

 

Cette image est un montage de deux photographies d'un même vitrail : dans l'une il est vu de dehors, dans l'autre il est vu de dedans. On jugera quelle est la vue la plus intéressante.

 

→ Pour lire une exploitation théologique et spirituelle de cette image, cliquer : ici.

 

→ Pour voir une vidéo où cette image joue un grand rôle, cliquer ici.

Repost 0
Published by michel.theron.over-blog.fr - dans Photographies et poèmes (Esthétique)
commenter cet article
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 15:47

 

N" (Textes sur images)

 

Deux vies, 1 sur 2

 

L’une : Flotte la feuille, voguent mes pensées. Lumières indistinctes des rêves. Souvent je prends pour l’essence ultime ce vague même des choses. Telle est la vie, ballottée, tiraillée, indécise. Émerveillée dans l’imprécis. On erre, à l’aventure. En fait, on ne s’appartient pas. Ravi, mais toujours ailleurs…

La vie ? Et s’il y en avait une autre ?

Il n’est pas dangereux de se pencher au-dedans…

 

 Deux vies, 2 sur 2

 

L’autre : Ce qu’on y voit : un monde net, apparemment plus stable, déterminé, magique aussi, mais autrement. Là est l’essence, le rebours de l’habitude, ce qui ne change pas, sans l’ombre irisée du vent à la surface, sans variation. Ce qui dure et reste quand tout le reste change.

Sûrement mon enfance, ce lieu et ce temps où tout était nécessaire, méritait d’exister. C’est après que tout s’est brouillé. J’aime cette permanence, cette profondeur, où l’on s’enfonce à l’infini. Je ne suis plus surface confuse, je redeviens monde lointain.

Tout était beau alors. Monde de ciel et d’arbres, mêlés dans la certitude et l’évidence de leurs noces, l’abolition du temps.

Ce qui m’en éloigne n’est plus que trace. Le monde tout à l’heure net devient flou maintenant. Simples taches, légères maculations, sur ce paysage seul existant. Toutes les surfaces, tous les plans, s’inversent exactement. Faites l’expérience. Nette la feuille d’abord, puis tache floue. Et d’ombres sombres, les arbres deviennent nets. J’ai tout mis au point.

Plutôt l’appareil. Car ma vision ordinaire compense ces différences. On voit de façon approximative, paresseuse, non tranchée. Louange à la machine, au regard alterné et vraiment objectif, de l’objectif… Le photographe doit ici se décider, même avec l’autofocus…

Parti pris, parti à prendre… De la vie en tout cas il ne faut pas, comme on dit, prendre son parti. Elle est double. Où est celle qu’on croit vraie ? C’est seulement si on en voit l’envers ou le reflet, qu’on en saisit la double magie. Il ne faut rien nier, ni le changement et la surface, la diaprure des choses, leur robe ou leur irisation, leur volubilité, leur maya – ni, ici visible, leur essence profonde. De profundis clamavi : des profondeurs j’ai crié vers elles...

 

© M.T. - 2010

 

→ Pour une problématique similaire, cliquer aussi : ici

Repost 0
Published by michel.theron.over-blog.fr - dans Textes sur images (Esthétique)
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche