Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 00:01

À l’issue d’une messe à laquelle il a assisté avec le Premier ministre, en souvenir du Père Hamel assassiné l’an dernier par des terroristes islamistes, notre Président a déclaré : « Sans en diminuer l’horreur, le martyre du père Hamel n’aura pas eu lieu pour rien. Un an après nous en discernons le sens. Cela nous a rendus plus fidèles encore à ce que nous sommes, plus fidèles encore à ce qu’ils ont voulu abattre... » Or, un peu plus tôt, il avait dit : « La République garantit la liberté de croire comme de ne pas croire. La République n’a pas à combattre une religion. Elle œuvre chaque jour à ce que chacun puisse croire ou pas, en homme libre. » (Source : LeFigaro.fr, 26/07/2017)

 

Eh bien, je prétends que ces deux extraits ne vont pas du tout l’un avec l’autre, sont parfaitement contradictoires. En effet le second fait l’éloge de la laïcité, qui en effet garantit non seulement la liberté de croire, mais aussi, et on l’oublie bien souvent, celle de ne pas croire. Mais le premier le contredit, en qualifiant l’assassinat du Père Hamel de « martyre ». Or ce mot est religieux. Il désigne, selon Le Robert, « la mort, les souffrances qu’un martyr, une martyre endure pour sa religion, pour ne pas renier sa foi ». Le Père Hamel n’a été un « martyr » que pour les catholiques, dont il faut rappeler d’ailleurs que seulement 5% d’entre eux vont régulièrement à la messe. Pour la grande majorité du peuple français, il a été simplement une victime innocente de la barbarie terroriste. C’est cette dernière qualification, tout à fait neutre, qu’on aurait attendue de la part d’un Président d’une république laïque, qui ne doit prendre parti précisément pour aucun parti religieux en adoptant son vocabulaire.

 

Je ne sais si le président a rédigé lui-même ce discours, ou s’il l’a fait écrire par un autre. De toute façon, le rédacteur aurait dû se souvenir de la phrase de Confucius : « La première tâche du gouverneur d’un peuple est de restaurer le sens des mots. » Ou encore de celle de Camus : « Mal nommer les choses, c’est ajouter du malheur au monde. »

 

D.R.

D.R.

***

 

Nota : Le procès en béatification de Jacques Hamel, "prêtre et martyr", est officiellement ouvert dans l'Eglise catholique. Cliquer : ici.

Repost 0
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 00:01

Dans son livre Drunk With Blood: God’s Killings In The Bible (Ivre de sang: les meurtres de Dieu dans la Bible), Steve Wells dénombre tous les meurtres et exécutions commis par Dieu dans la Bible : lorsqu’on se contente de regarder les assassinats et génocides pour lesquels il existe un décompte précis, on arrive au chiffre phénoménal de 2,8 millions de morts (Source : Slate.fr., 25/04/2016).

 

Bien sûr, la Bible n’est pas le seul livre sacré des religions monothéistes qui montre la face violente de Dieu. Assurément ces mêmes livres s’ils paraissaient aujourd’hui, seraient aussitôt condamnés et interdits par notre justice, pour apologie du meurtre.

 

À partir de là, on peut, comme font les théologiens progressistes, resituer ces passages dans une époque ancienne où régnait cette violence dont heureusement nous sommes sortis aujourd’hui, et les relativiser. Ou bien, si on n’en admet pas l’existence, on veut les supprimer du canon. Ce fut l’attitude de Marcion, puis celle des cathares, qui récusaient en bloc tout le Premier Testament, comme ne présentant pas de Dieu une image bien flatteuse. Mais Marcion et les marcionites furent excommuniés, et les cathares exterminés pour hérésie. Il est vrai que récuser en christianisme le texte matrice était impossible, car il s’y rattache quasiment à chaque ligne : au reste, il y a des strates rédactionnelles très violentes dans le texte néotestamentaire même.

 

L’attitude la plus sage, à mon avis, est de dire que ce Dieu violent, colérique et sanguinaire est une projection que les hommes font sur lui. L’homme a fait Dieu à son image. Étant lui-même à l’occasion violent, colérique et sanguinaire, il s’est imaginé Dieu de la même façon. Puis, par un étrange phénomène de rétroaction ou de feed back, il se figure que cet être qu’il a ainsi créé se met à son tour en colère contre lui. Et enfin, par mimétisme vis-à-vis de cet être qu’il croit extérieur à lui il devient lui-même colérique et violent. – Tant il faut dans la vie se méfier des projections, et tant il est absurde d’avoir peur de sa propre ombre !

D.R.

D.R.

D.R.

D.R.

***

 

Voir aussi :

Repost 0
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 00:01

Celle des téléspectateurs, déjà très grande, va s’accentuer avec une récente décision du CSA. Grâce à lui, TF1 va pouvoir entrecouper ses journaux télévisés par de la publicité, à partir du 1e janvier 2018. C’est la fin d’une habitude jusque là encore respectée dans le PAF, selon laquelle on devait séparer radicalement l’information du commerce. Mais la puissance toujours grandissante de ce dernier vient de l’emporter.

 

Donc, à côté d’un accident tragique, d’un séisme, d’un massacre de populations, ou de famines, etc., on aura droit à un spot pour de la charcuterie, voire pour des aliments pour animaux (« Le plaisir des chats difficiles ! »). L’obscénité de la chose disparaîtra au fil du temps, grâce à la force de l’habitude. Les spots grandiront progressivement en importance, comme il se voit déjà sur les chaînes privées, au point de parasiter totalement les programmes eux-mêmes. Finalement le téléspectateur pourra dire qu’il a vu au Journal télévisé quelques spots d’information, à côté d’une grande émission publicitaire.

 

La réalité de l’homme moderne est qu’il a une conscience punctiforme et pulvérisée. La succession hétérogène et hétéroclite, purement paratactique, des images qu’il ingurgite crée une espèce d’équanimité, une incapacité à hiérarchiser, à faire des liens et un tri entre les images, ce qui est pourtant le signe majeur de l’intelligence (inter-legere). Tout s’équivaut et finalement s’annule, dans un esprit hébété et torpide. Tel sera l’état de ce « temps de cerveau disponible », où un responsable de TF1 voyait le but à atteindre par la télévision. Une fois ouvert le robinet à images, la bouillie visuelle submergera tout, comme un fleuve qui, pour quelques rares pépites, charrie tant d’embâcles ! Nouvel opium, drogue abrutissante, qui empêche de penser et de sentir...

 

Il reste à espérer que cette autorisation du CSA soit contreproductive, et amène les spectateurs à se reporter sur les JT des chaînes publiques, dont France 2, qui échappent encore à cette mesure. Mais pour combien de temps ?

 

D.R.

D.R.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche