Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 00:01

J’entends par ce mot ici l’activité d’un pasteur s’occupant de son troupeau de fidèles. Or il se trouve que dans la présente crise du coronavirus le conseil scientifique chargé d’éclairer le gouvernement vient de lui conseiller de favoriser la mise en place d’un « soin pastoral » à l’intention des citoyens, et pour cela de créer « une permanence téléphonique nationale d’accompagnement spirituel inter-cultes », dont la gestion sera confiée aux représentants des principales religions présentes sur notre territoire (Source : ufal.org, 27/03/2020).

 

Il est évident que cette mesure contrevient totalement au principe de laïcité, la république chez nous ne reconnaissant aucun culte. Beaucoup l’ont déjà remarqué. – Mais ce qui m’intéresse ici est l’idée même qu’il faudrait à un ensemble d’hommes un « pasteur » pour les guider.

 

J’ai déjà souligné à propos du film Les Éblouis les dangers d’infantilisation qu’il y a dans cette façon de voir (voir mon billet Berger, Golias Hebdo, n°605). Cette conception pastorale de la religion réduit les fidèles, les ouailles (littéralement les petites brebis : oviculae) à une totale hétéronomie, alors qu’on leur souhaiterait au contraire l’accès à l’autonomie. Le Grand Inquisiteur dans Les Frères Karamazov de Dostoïevski fait tomber le masque ici : les dignitaires de l’Église dispensent les croyants de base de réfléchir, car la réflexion serait trop angoissante pour eux. Sois sans crainte, petit troupeau : nous pensons pour toi.

 

Mais ce raisonnement est tout à fait transposable au monde politique. Le rôle du chef ou du guide (certains sont de très fâcheuse mémoire) est de penser à la place des citoyens, éventuellement de les rassurer, de les consoler. Le « soin pastoral » devient une nouvelle figure de ce Care dont on parle beaucoup aujourd’hui (Prenez-soin de vous, etc.), dans une modalité paternaliste.

 

Tocqueville a bien montré, dans un chapitre lumineux de De la démocratie en Amérique (IV, VI), que la dépossession du citoyen au bénéfice de l’État et de ses représentants est une tentation constante des sociétés modernes, qui les mène à aliéner leur liberté au profit du Pouvoir, et au despotisme doux de ce dernier. Par apathie, les hommes se laissent guider. Or, en particulier dans une crise comme celle que nous connaissons, on n’a pas besoin de consolation, mais simplement d’informations. Sinon on reste irrévocablement dans l’enfance. Bonne nuit, les petits !

 

D.R.

 

Nota : Pour voir la suite de l'information mentionnée au début de cet article, suite en date du 27 avril 2020, cliquer ici.

 

***

 

Retrouvez tous mes articles de Golias Hebdo, publiés en plusieurs volumes, sous le titre Des mots pour le dire, chez BoD. Sur le site de cet éditeur, on peut en lire un extrait, les acheter... Cliquer : ici.

 

Notez qu'ils sont aussi tous commandables en librairie, et sur les sites de vente en ligne (Amazon, Fnac, etc.).

Partager cet article

Repost0

commentaires

Patrice 03/04/2020 18:42

Cher monsieur Théron,
Pensez-vous vraiment que l'homme moderne ait besoin d'informations ?
Je pense au contraire que l'homme moderne est aujourd'hui noyé sous l'information, sur ce qui se fait ou qui existe dans le monde et qui lui empêche de penser ce qui est. Car quelles informations sont intéressantes et vraiment neuves, lesquelles peuvent bien apporter un éclairage nouveau sur le monde ? A chaque fois que j'ouvre un journal, une radio, un blog c'est pour lire ou entendre les mêmes poncifs sans cesse rabâcher. Un tel se veut original et ne fait que présenter un concept vieux comme le monde avec ses propres mots, une tel pense avoir eue une idée novatrice et ne présente qu'un concept vide entouré de beaux rubans.
Le bruit du monde étourdit l'homme et l'empêche de voir ou d'entendre ce qui est réellement, de réfléchir sur le sens profond des choses comme peut le faire une régulière et simple méditation.
C'est pourquoi j'ose vous poser la question cher monsieur Theron, pensez-vous vraiment que l'homme ait actuellement besoin d'information ?

www.michel-theron.fr 03/04/2020 19:00

Cher correspondant, je pense comme vous que le déluge d'informations qui nous abreuve court effectivement le risque de nous couper de nous-mêmes, de notre être profond. La méditation de pleine conscience peut bien, comme vous dites, nous permettre de nous réunir à nous-mêmes. Dans mon article, j'opposais tout de même information à leçon et consolation. Les mots ont un sens dans un contexte, et il ne faut pas les en séparer. Bien à vous. M.T.

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages