Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2019 5 26 /07 /juillet /2019 00:01

Certes il y en a toujours eu, soit que leur père soit mort, soit qu’il ait quitté le domicile conjugal, etc. Ils ont été élevés par leur mère seule, ou par leur grand-mère, etc. Peut-être s’en sont-ils bien trouvés. Mais peut-être aussi ont-ils regretté de n’avoir pas connu leur père...

 

De toute façon, les situations que je viens d’évoquer ont toujours été exceptionnelles. Mais aujourd’hui elles vont se répandre, car on va officialiser l’existence d’enfants sans père. Il s’agit de la possibilité donnée aux couples lesbiens, ou aux femmes célibataires, d’avoir un enfant au moyen de la Procréation Médicalement Assistée (PMA). Jusqu’ici ne pouvaient en bénéficier que les couples hétérosexuels stériles.

 

Je pense qu’il y a là une catastrophe anthropologique, car Père et Mère sont des rôles fonctionnels distincts, également nécessaires pour l’équilibre de l’enfant. Le premier incarne la Loi morale et sociale, et la seconde l’accueil inconditionnel, la compassion sans limite. L’enfant a besoin de ces deux pôles pour bien se construire. Si le premier disparaît, il est privé de son droit à recevoir une borne à tous ses caprices. Il importe donc de maintenir ce rôle structurant, comme l’a montré le pédopsychiatre Aldo Naouri dans un beau livre, Une place pour le père (Seuil « Points », 1999).

 

Le droit à l’enfant, dont se prévalent les tenantes de cette mesure, oublie le droit de l’enfant, qui est de recevoir précisément cette limite. Il y a dans leur démarche une grande légèreté. On ne « fait » pas un enfant comme on achète un objet ou un animal de compagnie. Il y faut plus de responsabilité.

 

Il y a aussi grand danger à enfreindre les processus naturels. La PMA proposée comme technique normale généralise ce que font depuis longtemps les éleveurs de bétail : pratiquement plus aucune bête n’est fécondée maintenant autrement que par insémination artificielle. Et à suivre cette voie, on se demande si des manipulations ne vont pas à terme se produire, et si on n’ira pas vers l’eugénisme, comme celui que mentionne Huxley dans son roman dystopique Le Meilleur des mondes. De toute façon, quand la mise en œuvre d’une technique est possible, aucun frein moral ne retient les hommes : on ne se prive jamais d’aller au maximum de ses possibilités.

 

Il est évident que les couples homosexuels masculins ne voudront pas être en reste, et vont demander à leur tour le même droit : on ira fatalement vers la Gestation Pour Autrui (GPA), qui est une instrumentalisation inadmissible du corps humain.

 

Je sais bien que vont se lever ici tous les « progressismes ». Il faut suivre l’état des mœurs, la pratique existe de toute façon dans d’autres pays, on n’a pas le droit d’essentialiser ainsi masculin et féminin, les rôles respectifs sont interchangeables, etc. – Je prévois tout cela, mais si mon époque se trompe, je ne vois pas pourquoi je devrais lui emboîter le pas !

 

 

Pour voir le contenu du livre, cliquer sur l'image

 

***

 

P.S. 1 - Voici un lien qui va vers une interview très instructive de la philosophe Sylviane Agacinski sur la PMA. Merci à Daniel Alexandre de l'avoir signalé. Cliquer : ici.

 

P.S. 2 - Pour voir la discussion de cet article dans le groupe Facebook du Protestantisme libéral (117 commentaires), cliquer : ici

Partager cet article

Repost0
9 mars 2018 5 09 /03 /mars /2018 01:01

J’ai appris, à l’émission Vox Pop passée sur Arte le 3 mars dernier, qu’en Suède une loi vient d’être unanimement adoptée, prévoyant qu’en cas de relations sexuelles entre un homme et une femme, le « oui » de cette dernière est requis pour qu’elle soit licite, sinon l’homme peut être incriminé pour viol. À première vue on ne pourrait qu’être d’accord avec cette mesure. Mais si l’on y réfléchit la question est beaucoup plus complexe.

 

En effet l’homme y est a priori considéré comme un coupable en puissance, et son sort est totalement livré aux mains de sa partenaire. Si celle-ci décide de dire après la relation qu’elle n’a pas dit le « oui » fatidique, voilà totalement pris celui avec qui elle l’a eue. On sait très bien qu’il y a des affabulatrices, qui parfois se vengent ainsi d’avoir été repoussées. Le cas de la femme de Putiphar dans la Bible, accusant Joseph de l’avoir violée alors qu’elle lui a fait des avances, et parallèlement celui de Phèdre vis-à-vis d’Hippolyte dans la pièce de Racine, ont beaucoup de correspondants dans la réalité. Beaucoup de femmes aux États-Unis font des fortunes ainsi en prétendant avoir été violées.

 

D’autre part, que veut dire un « oui » ? Parfois on dit « oui » pour ne pas faire de peine à l’autre, pour éviter d’être quittée, pour ne pas se trouver dans la situation tragique incarnée dans la chanson connue À la claire fontaine. Il y a toute une « zone grise » de l’acquiescement (voir l’article « Sexe sans consentement », Télérama, 28/02/2018, p.101). S’il n’y a pas toujours un vrai « oui » de consentement, éclairé et mûri, la suite peut le démentir, et le « oui » peut se transformer en un « non ».

 

À l’inverse, il y a des « non » qui sont des « oui ». Par exemple le « Je ne vous aime pas » de Madame de... Mais qui entrera dans ces subtilités psychologiques ?

 

Dans l’émission de Vox Pop, une magistrate suédoise s’est sagement prononcée contre la loi en question. Si évidemment le viol est toujours condamnable, il faut bien comprendre qu’en la matière une loi si générale et floue ne peut régler tous les cas particuliers qui peuvent se présenter.

 

Faudra-t-il avant toute relation dresser un contrat écrit et signé en bonne et due forme ? Est-ce une bonne chose que de saper unilatéralement la confiance, et d'alimenter la guerre des sexes ?

 

 

D.R.

 

Partager cet article

Repost0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 00:01

 

Que regardent ces femmes sur cette grande montagne ?

D.R.

D.R.

Pour connaître la réponse, cliquer : ici.

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages