Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 02:02

Je reprends ici un texte que j'ai déjà publié le 12 septembre 2019 :

 

Il me semble depuis pas mal de temps affecter notre pays. On y constate une explosion des violences contre les policiers et contre les pompiers, et selon Le Figaro chaque jour ce sont plus de 110 représentants de l’État qui sont agressés en France. Il peut s’agir de fonctionnaires, comme des personnels d’accueil dans les administrations, d’enseignants, etc. Mais il y a aussi les intervenants dans les services de santé, médecins, infirmières, etc., très souvent objets de violences. Bref, tout ce qui se distingue du « peuple » d’une manière ou d’une autre, et qui devait bénéficier par son statut, quel qu’il soit, d’une présomption minimale d’autorité.

 

C’est cette dernière qui est en crise, on ne lui fait plus crédit. Or toute la structure sociale repose sur la croyance ou la confiance, la fiducia. Vient-elle à ne plus être accordée, et tout l’édifice s’écroule.

 

Pourtant elle était gagée sur un contrat tacite. Ainsi tout droit repose sur un devoir, et réciproquement tout devoir crée un droit. J’ai le devoir d’obéir au policier, et en contrepartie j’ai le droit d’être protégé par lui. Lui a le droit d’être obéi, et le devoir de me venir en aide si je suis attaqué. Il n’est donc pas de droit qui ne soit l’envers d’un devoir. Mais aujourd’hui l’irréflexion est telle que l’on ne songe qu’au droit, et jamais au devoir.

 

Peut-être mon exemple ici est-il mal choisi, car il y a des policiers qui excèdent leurs droits. Mais pourquoi alors s’en prendre à ces bienfaiteurs que sont, par exemple, les pompiers ? Là l’aberration est à son comble, et l’impression d’ensauvagement est évidente. Il suffit maintenant de porter un uniforme, ou incarner une Institution quelconque, pour être agressé. On ne veut plus déléguer à quiconque le pouvoir d’intervenir ès-qualités, on s’arroge le droit exorbitant de se faire justice soi-même, si d’aventure on se sent lésé. La crise de la représentation, bien visible actuellement, devient ainsi la porte ouverte sur l’anarchie.

 

Cette dernière est le règne de la pulsion immédiatement dominatrice. Il y a certes ici un manque individuel de réflexion, mais aussi une carence d’éducation, dont la tâche est de structurer la personnalité par l’intégration des frustrations. Cette dernière est nécessaire pour quiconque réfléchit un peu, car si elle disparaît, on revient à la loi de la jungle et à la sauvagerie primitive. Ce danger me semble, hélas !, présent aujourd’hui.

 

D.R.

 

***

 

Pour voir l'ensemble de mes livres sur le site de mon éditeur BoD, en lire un extrait, les acheter, cliquer : ici.

 

Notez qu'ils sont aussi tous commandables en librairie, et sur les sites de vente en ligne (Amazon, Fnac, etc.).

Partager cet article
Repost0

commentaires

TEDDY ARNAVIELLE 13/02/2021 18:03

Il me semble que les comportements et les situations que tu analyses mettent en jeu des lieux; des compétences, qui peuvent être assorties d'une autorité ; des institutions, associées à ces compétences.
Les lieux sont voulus comme fermés, accessibles seulement à ceux qui y vivent, le clan ou la horde archaïque. Celui qui tente d'y pénétrer est réputé violer cet espace. Sa compétence, qui par principe le met en position haute, le rend aussi suspect, donc à empêcher, même si sa démarche est par définition positive : soins de santé, remédiation d'un sinistre. Si elle est liée à l'ordre, ou simplement à la tranquillité, elle est vue comme au moins perturbatrice, même si elle est menée avec doigté - ce qui n'est pas toujours possible... L'institution, l'Etat, c'est la figure majeure de l'étranger hostile. La compétence éducative est désormais elle aussi fortement rejetée, refusée, niée, du fait de sa spécificité essentielle; ici, il est question de l'être profond, de l'identité: c'est le territoire intérieur qui peut être vécu comme violé. Et le sanctuaire de l'école voulu par tel ministre retourné à l'oubli est piétiné..
Je ne voudrais pas que ce constat que nous partageons sans doute, laisse croire que l'heure est au désespoir; la réalité est, heureusement, multiforme, et les remèdes existent..

TEDDY ARNAVIELLE 14/02/2021 17:22

Je m'efforce de conserver l'optimisme de l""imbécile heureux".; rien de plus.

www.michel-theron.fr 14/02/2021 14:53

Je suis d'accord avec ces analyses, et ce qui me touche le plus, tu t'en doutes, est la question de la sanctuarisation de l'école. J'ai pris ma retraite le plus vite que j'ai pu, car je voyais la menace de plus en plus grandissante du consumérisme étudiant. Je ne sais si les remèdes existent, comme tu dis, mais le tableau actuel n'est pas brillant. Sur le nécessaire "sanctuaire" scolaire, tu peux voir ce que j'en dis ailleurs : http://www.michel-theron.fr/2020/09/liberte-suite.html

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné. >>>>> >>>>> Remarque importante (avril 2021) : Vous pouvez trouver maintenant tout ce qui concerne la Littérature, la Poésie et l'Art dans mon second blog, "Le blog artistique de Michel Théron", Adresse : michel-theron.eu/
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages