Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 00:00
Le christianisme en questions

Le christianisme en questions

Question : Où peut-on trouver le premier Credo chrétien ?
 

Réponse : Chez Paul, qui l’a emprunté à des textes de la Bible juive.

 

Quand on ouvre une édition ce qu’on appelle en christianisme le Nouveau Testament, on trouve d’abord les quatre évangiles reconnus canoniques, puis, entre autres textes, des lettres dont beaucoup sont de Paul. Mais il ne faut pas se fier à cette présentation. Elle n’est pas du tout chronologique, les lettres de Paul par exemple ayant été écrites avant les textes évangéliques. Les sépare quasiment une génération : les lettres ont été écrites aux alentours de l’an 50, et les évangiles, à peu près entre 70 et 100. Donc celles-là ne commentent pas ceux-ci, comme on pourrait le croire en les voyant figurer après eux, puisque tout simplement elles leur sont antérieures. C’est donc à elles qu’il faut principalement se reporter pour avoir une idée de ce que fut le tout premier christianisme.

 

Voici donc quel pourrait être le premier Credo chrétien (on parle aussi à partir du grec de kérygme, qui veut dire annonce, proclamation) : « Je vous ai transmis, avant tout, ce que j’avais aussi reçu : Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures ;  il a été enseveli, il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures. » (1 Corinthiens 15/3-4)

 

Paul parle d’une transmission (paradosis) de quelque chose qu’il a reçu en dépôt (paralepsis). Et que transmet-il, qu’a-t-il reçu ? Des textes antérieurs, qu’il a lus. D’abord, pour « Christ est mort pour nos péchés », le texte lu et recueilli ici est sans aucun doute le célèbre passage d’Isaïe, dit du « Serviteur souffrant », dont voici un extrait : « Mais il était transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. » (53/5). Pour : « Il est ressuscité » un texte-matrice peut être : « Car tu n’abandonneras pas mon âme au séjour des morts, tu ne permettras pas que ton bien-aimé voie le gouffre » (Psaume 16/10) Et pour « le troisième jour » : « J’ai entendu ta prière, j’ai vu tes larmes. Voici : je te guérirai ; le troisième jour, tu monteras à la maison de l’Éternel. » (2 Rois 20/5) – « Il nous rendra la vie dans deux jours ; le troisième jour, il nous relèvera, et nous vivrons devant lui. » (Osée 6/2) – avec une allusion implicite aussi peut-être au livre de Jonas : « Jonas demeura dans les entrailles du poisson trois jours et trois nuits. » (1/17)

 

On le voit : Paul se situe simplement dans une tradition-transmission. C’est le lecteur en lui qui parle, ce sont des textes antérieurs qui balisent sa nouvelle foi et son credo, c’est sa fréquentation avec eux qui les garantit. L’expression « Selon les Écritures » (gr. kata tas Graphas, lat. secundum Scripturas) se retrouvera à l’identique dans le Credo (version de Nicée), pour authentifier la Résurrection.

 

Certes, ce rattachement systématique de la nouvelle foi (chrétienne) à l’ancienne (juive) a parfois été contesté. Ainsi l’expression susdite « ce que j’avais aussi reçu », qui rattache explicitement le christianisme au judaïsme, est absente dans certaines leçons des manuscrits, par exemple chez Marcion, dont on sait qu’il a voulu séparer radicalement la première religion de la seconde, au bénéfice exclusif de cette dernière. Néanmoins, l’Église instituée a toujours refusé de les séparer, pour deux raisons sans doute. D’abord il eût fallu expurger chaque page du Nouveau Testament, où les allusions à la Bible juive sont constantes. Et ensuite, pour qu’une religion eût droit de cité dans l’Empire romain, pour qu’elle devînt religion autorisée (religio licita), elle devait donner des preuves de son ancienneté : le judaïsme était dans ce cas, et non le christianisme naissant. Ce dernier a donc pu, ne serait-ce que par diplomatie, s’« abriter » sous l’aile du premier.

 

A suivre

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche