Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 décembre 2019 2 24 /12 /décembre /2019 01:01

Voici une chronique à contre-courant que j'ai écrite il y a quatre ans pour Golias Hebdo, avec laquelle je suis toujours d'accord, et qui dit ce que je pense des festivités de Noël :

 

 

Rite

 

Sa présence et son observation sont sans doute nécessaires au fonctionnement social. Il est présent à peu près partout, comme le disent les anthropologues.

 

Son rôle est structurant, certes, mais à l’évidence il constitue une injonction qui nous est signifiée de façon plus ou moins comminatoire, au profit du groupe peut-être et de sa cohésion, mais au détriment de la liberté et du choix individuels. Aussi y a-t-il des cas, me semble-t-il, où il y a avantage à s’en éloigner.

 

Dans cette période des fêtes de fin d’année, naturellement tout le mode s’est pressé en foule dans les magasins pour acheter cadeaux et victuailles, Noël étant devenu pour la plupart une simple occasion de consommation et de goinfrerie.

 

Ce rite est observé machinalement, de façon moutonnière, et aussi purement formelle, puisque d’après un sondage, comme je l’ai souligné dans une précédente chronique [voir tome 1 : Hypocrisie], avant même la fête 40% de personnes ont déjà dit qu’elles allaient revendre dès le lendemain sur Internet les cadeaux qu’elles y auraient reçus. Les magasins aussi ont pour ce jour-là beaucoup de retours.

 

Où est le cœur là-dedans, l’intention profonde du geste ? Le rite est vidé de sa signification, pratiqué de cette façon purement machinale et formelle dont on sait qu’elle fossilise et tue : « La lettre tue, mais l’esprit vivifie. » (2 Corinthiens 3/6)

 

Pour moi, il faut décidément s’écarter de cette frénésie robotisée. D’abord elle est obscène par rapport à ceux qui par dénuement ne peuvent y participer. Noël peut bien briller dans les yeux des enfants : il y a toujours des gens qui meurent dans la rue. Comme le dit la Sauvage d’Anouilh : « Il y aura toujours un petit chien crevé quelque part qui m’empêchera d’être heureuse. »

 

Ensuite je ne vois pas pourquoi il faudrait bâfrer en famille à tel moment fixé, et identiquement offrir tel ou tel « cadeau » à telle ou telle personne de façon obligée. Fête pour fête, je préfère en choisir le moment, ainsi que l’occasion et les destinataires du partage : ils seront alors authentiques. Au fond, je pense que les vraies familles sont spirituelles (lien).

 

Que si l’on m’oppose les injonctions sociales, ce que l’on doit faire ou ne pas faire lors de tel ou tel jour, je répondrai avec le plus grand anti-ritualiste que je connaisse : « Le Fils de l’homme est maître du sabbat. » (Matthieu 12/8)

 

8 janvier 2015

 

 

***

 

Nota : Retrouvez toutes mes chroniques revues et enrichies, réunies sous forme de livres édités chez BoD en version papier et en version électronique, et constituant une collection de plusieurs tomes. Exemple :

 

Philosophie / Religion / Politique / Société / Actualité
Pour plus de renseignements, cliquez sur l'image

***

 

Pour feuilleter le début du livre, cliquer ci-dessous sur Lire un extrait. Pour voir les autres tomes, cliquer sur Vers la librairie BoD

Partager cet article

Repost0

commentaires

emma 29/12/2019 11:40

si ces rites qui en rasent beaucoup n'existaient pas, les familles ne se rencontreraient que chez le notaire ? est ce que dénigrer noël n' est pas aussi devenu un rite ? or ce n'est pas noël qui est coupable de ces dérives, c'est l'emballement de la société de consommation, qui invente une pauvreté factice, celle d'une vie privée d'écrans plats et du dernier smartphone.
La plus belle chose que j'aie lue sur Noël, ici http://eperluette.over-blog.com/2017/01/mozart.html

www.michel-theron.fr 29/12/2019 13:38

A propos de familles, j'ai bien dit que pour moi les vraies familles étaient les familles spirituelles (voir le lien qui figure dans mon article). Bien sûr je comprends que certains ne soient pas d'accord là-dessus, et privilégieront la biologie par rapport à l'Esprit- Quant à ce que dit E-E. Schmitt sur Mozart, je trouve qu'on se réclame bien souvent de l'amour, sans se préoccuper de quel amour il s'agit. Voir : http://www.editions-tredaniel.com/meandres-de-lamour-eros-et-agape-p-5852.html - Cordialement. M.T.

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages