Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 23:01

 & (Marges du Livre)

 

Comme c’est pas permis…

 

Tous ces visages, entrevus, de loin, de près peu importe, mais toujours fuis, pourquoi ? Parce qu’à les voir ils font mal. Beaux ils sont sans aucun doute, mais beaux comme c’est pas permis…

 

J’ai vu, je vois, j’imagine… un pur ovale entouré de cheveux blonds et soyeux, mi-longs ou longs… des yeux bleus ou verts, en tout cas clairs, rêveurs il semble… et doux… ne pouvant faire de mal sans doute, mais en faisant tant en me déchirant… Les brunes sont piquantes, certes, attirantes, enflammantes peut-être, mais elles n’ont pas cette douceur qui tue, sans rémission. Aucun désir physique en moi ne se lèvera de ce fin visage, pas plus qu’à regarder les visages féminins de Botticelli. Féminins dis-je, mais plutôt androgynes. Angéliques. C’est cela qui sidère, et fait mourir : on est bien au-delà du sexe. Le désir n’est jamais que le regret de l’étoile, de la sidérale rencontre. Astre désastre. Ici c’est bien l’âme qui est touchée, et non le corps.

 

Et surtout cette jeunesse… Elle surpasse tout. Bien sûr elle disparaîtra un jour. Le visage meurtrier se creusera de rides. Cela je le sais. Mais cela ne change rien. C’est maintenant que je meurs de le voir. Pourquoi ? Parce que lui perdu ou éloigné, je devrai survivre. Et je mènerai mon deuil comme à l’habitude, ma décomposition. On ne se fait pas vieux, on se défait.

 

L’aile d’un Ange m’a effleuré, m’a blessé. J’en suis demeuré boiteux, comme Jacob. Anéanti, comme Sémélé. Dévoré, comme Actéon. Tous ils ont vu le dieu, et l’ont bien payé. – Pauvre professeur, voici que tu te consoles par ces souvenirs ! Mais non, bien plutôt tu les vis, et tu n’as qu’eux pour refuge, tes pauvres livres. Protège-toi des visages, n’arpente pas les rues de la ville le nez au vent, rase les murs. À tout instant tu peux rencontrer ta Méduse. Ferme les yeux, regarde ailleurs.

 

Si je lui parle, que dira-telle ? Peut-être rien qui vaille. Mais son visage, sa beauté parlent pour elle. Que disent-ils ?

 

– Tu ne peux me voir et vivre…

 

Va donc où te portent tes pas. Je me contenterai de te voir de dos, t’éloignant petit à petit. Visage glorieux comme c’est pas permis, pars et laisse périr le passant soucieux…

 

***

 

Exode 33/18  Moïse dit : ‘Fais-moi voir ta gloire!’

20-23  Le Seigneur dit : ‘Tu ne pourras pas voir ma face, car l’homme ne peut me voir et vivre.’ Le Seigneur dit : ‘Voici un lieu près de moi ; tu te tiendras sur le rocher. Quand ma gloire passera, je te mettrai dans un creux du rocher, et je te couvrirai de ma main jusqu’à ce que j’aie passé. Et lorsque je retournerai ma main, tu me verras par derrière, mais ma face ne pourra pas être vue.’

 

 

Dessin électronique de Stéphane Pahon

Dessin électronique de Stéphane Pahon

***

 

 

Voir d'autres textes de ce type dans :

→ Ce texte dont je vous donne la primeur fera partie du tome 2 de À l'ombre de la Bible. Le tome 1, qui comprend des textes du même genre accompagnés de dessins qui les illustrent, est disponible à la vente. D'un prix très modique, il peut être offert pour Noël. Vous pouvez en lire un extrait : Genèse d'un fasciste.

 

A l'ombre de la Bible, couverture définitive, recto

Cliquer sur l'image

→ Ce texte dont je vous donne la primeur fera partie du tome 2 de À l'ombre de la Bible. Le tome 1, qui comprend des textes du même genre accompagnés de dessins qui les illustrent, est disponible à la vente. D'un prix très modique, il peut être offert pour Noël. Vous pouvez en lire un extrait : Genèse d'un fasciste.

 

A l'ombre de la Bible, couverture définitive, recto

Cliquer sur l'image

Partager cet article

Repost 0
Published by www.michel-theron.fr - dans Marges du Livre (Littérature)
commenter cet article

commentaires

TEDDY ARNAVIELLE 17/11/2014 07:16

Cher Michel

ton texte est très émouvant, et il me parle, évidemment. Oserais-je te dire que la vision de la beauté, féminine particulièrement, et blonde, n'a pas sur moi le même effet ? D'abord, je me dis que
la beauté qui n'est pas regardée n'advient pas (les femmes le savent bien), ce qui ne manque pas de me valoriser, un peu naïvement sans doute; puis que, si telle femme belle doit disparaître, comme
c'est son lot, d'autres prendront sa place, peut-être en mieux, car il me semble que cette beauté-là progresse au fil des années, seule sans doute dans son cas, comme réaction, probablement, à
l'enlaidissement du monde. Pour moi, dans ces moments de grâce, les portes du merveilleux du monde se sont ouvertes un instant: c'est peu, et beaucoup.

Bien à toi

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné.
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche