Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2021 1 01 /03 /mars /2021 02:01

J’adore les vieux livres. J’ai acquis l’autre jour au marché aux puces de ma petite ville le Manuel du confesseur, de saint Alphonse de Liguori, en latin : Praxis Confessarii, édité à Lyon en 1804. On en trouvera le texte entier sur Internet, en tapant le titre latin dans le moteur de recherche. Mais je ne résiste pas au plaisir de vous en traduire quelques petits extraits.

 

Comment d’abord confesser un sourd-muet ? Il faut « l’amener en quelque endroit retiré, et lui demander de donner quelques signes de ses péchés et de son repentir, de la meilleure façon possible » : page 154. En clair, comme il ne peut parler, il faut lui faire mimer ce qu’il a fait. J’imagine d’ici la scène, qui peut avoir quelque sel, surtout en pensant à ce « de la meilleure façon possible ».

 

Comment maintenant le confesseur doit-il s’y prendre avec un condamné à mort ? Il faut d’abord lui représenter que cette mort qui l’attend est « un cadeau de Dieu qui veut par là faire son salut » ; lui dire aussi « que nous devons tous sortir de ce monde éphémère, afin de parvenir à une éternité qui, elle, n’a pas de fin » : page 158. Quand il monte à l’échafaud, il faut, en lui prodiguant de lénifiants discours, par exemple sur la passion rédemptrice du Christ, faire en sorte qu’il montre des signes de son repentir. Mais si ce n’est pas le cas, s’il s’obstine, alors « il pourra être utile de lui faire peur, disant : ‘Descends, maudit, en Enfer, puisque tu veux causer ta propre perte. Mais sache que ton châtiment en Enfer sera plus terrible que le souvenir de cette vie que Dieu t’a donnée et dont tu n’as pas su faire bon usage.’ » : pages 161-162. Là aussi j’imagine la scène, et l’effet que peuvent produire de telles paroles sur l’âme du pauvre diable dans l’instant même où il est confronté à ce qui l’attend.

 

Comment une religion de l’amour a-telle pu produire de telles attitudes ? Canonisé celui qui les a décrites, et dont se réclame par exemple la tradition rédemptoriste ? A-t-elle changé aujourd’hui ? On peut l’espérer. Mais restent des témoignages accablants. Et encore ne sont-ce là que deux extraits de ce long et méticuleux livre, dont on ne sait ce qui l’emporte finalement, du ridicule ou de l’odieux.

 

D.R.

***

 

Ce texte est paru dans le journal Golias Hebdo. D'autres textes comparables figurent dans mon ouvrage en deux tomes, Chroniques religieuses. On peut en feuilleter le début (Lire un extrait), et on peut les acheter sur le site de l'éditeur (Vers la librairie BoD). Ces livres sont aussi disponibles sur commande en librairie, ou sur les sites de vente en ligne.

 

Tome 1

 

Tome 2

Partager cet article
Repost0

commentaires

TEDDY ARNAVIELLE 01/03/2021 21:26

La confession catholique correspond (ou correspondait), comme médiation, à une facilité apparente, et à une complexité réelle, laquelle n'est pas pour rien dans une marginalisation qui, malheureusement, risque de ne plus laisser la place qu'à la solitude dans la faute. Je suis de ceux qui pensent que la faute existe - idée qui parait ne plus aller de soi, pour le malheur de la responsabilité humaine.

www.michel-theron.fr 02/03/2021 11:24

Que faut-il entendre par "faute" ? S'il s'agit d'une erreur, d'un faux-pas, je suis d'accord. Mais si on entend une manifestation d'une culpabilité générale inhérente à l'homme (v. saint Augustin et le péché originel), c'est plus problématique...

TEDDY ARNAVIELLE 01/03/2021 10:22

La confession est sans aucun doute le sacrement qui se prête le plus facilement à la contestation, tant il a pu se pratiquer dans des conditions punitives et destructrices que je suis assez âgé pour avoir connu et éprouvé. N'oublions pas, cependant, qu'il a pour effet le pardon, qui peut être reconstructeur, et qu'il implique que nous assumons en responsabilité nos fautes, en surmontant, par la médiation libératrice, une culpabilisation mortifère. Qu'un tel "programme" soit rare ne l'invalide pas..

www.michel-theron.fr 01/03/2021 11:25

L'octroi du pardon ne vaut que pour le monde catholique ("Ego te absolvo..."). Et cela ouvre la porte à tous les chantages. Un pasteur protestant ne dirait en pareil cas que : "Que Dieu te pardonne !"

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné. >>>>> >>>>> Remarque importante (avril 2021) : Vous pouvez trouver maintenant tout ce qui concerne la Littérature, la Poésie et l'Art dans mon second blog, "Le blog artistique de Michel Théron", Adresse : michel-theron.eu/
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages