Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2021 6 14 /08 /août /2021 01:01

C

elle des hommes n’a pas de limites. Ainsi, au motif du danger du tabac pour la santé, on interdit maintenant aux États-Unis au condamné à mort de fumer sa dernière cigarette (Source : « La fumée vous dérange ? » documentaire diffusé sur Arte le 9 septembre dernier, à 22 H 10).

 

L’absurdité est à son comble : en quoi cette cigarette va-t-elle nuire à la santé de celui qui de toute façon va mourir l’instant d’après ? Mais non, on s’arc-boute sur des principes, ici l’hy­giénisme, et si on a pour soi la logique, on y gagne la monstruosité.

 

C’est de la même façon qu’on prend bien soin de panser et remettre debout un soldat blessé avant de le fusiller pour désertion, comme on le voit dans Les Sentiers de la gloire, le film de Stanley Kubrick.

 

De façon comparable aussi, au nom du respect intangible de la vie, on refuse de donner la possibilité d’avorter à des femmes victimes de viol. [v. Folie]

 

Voyez encore l’injonc­tion faite au confesseur, par un saint canonisé par l’Église catholique, de menacer de l’Enfer qui l’attend le condamné qui ne veut pas se convertir, au moment même où on le mène à l’échafaud. [v. Confession]

 

Les animaux ne sont pas cruels. Le prédateur dans la nature ne cherche qu’à se nourrir, rien de plus. Mais les hommes posent des principes, qu’ils décrètent sacrosaints, et qu’ils suivent aveuglément. Et rien n’est plus dangereux qu’un principe, car il est posé de façon abstraite, générale.

 

Or la réalité est toujours complexe, variée, elle ne connaît que des cas particuliers. Lao-Tseu a raison, quand il dit au début de son Tao-te-King : « La voie vraiment voie n’est pas une voie constante. Les termes vraiment termes ne sont pas des termes constants. » L’homme à principes, au contraire, est psychorigide.

 

Au fond, je ne suis pas sûr que soit vraie la phrase connue d’Aristote, selon laquelle tous les hommes sont poussés par le désir de savoir. Bien plutôt ils me semblent poussés par celui de croire, de se conforter et sécuriser par un bouclier qui les met à l’abri du doute, et qui les rend fanatiques, intolérants, donc cruels.

 

Écoutons ici Montaigne : « Il n’y a que les fols certains et résolus. » Ou encore, notre cher Georges Brassens, dont j’édul­core à dessein la phrase pour mes lecteurs :

 

« Gloire à qui, n’ayant pas d’idéal sacrosaint,
Se borne à ne pas trop embêter son voisin ! »

 

Ce pourrait être la devise toute simple de qui veut se garder, ici-bas, de toute cruauté.

 

20 septembre 2012

 

D.R.

***

Ce texte est extrait de mon dernier recueil d'articles Petite philosophie de l'Insolite. L'ouvrage est disponible en deux formats, papier et livre électronique (E-Book). On peut en feuilleter le début en cliquant ci-dessous sur : Lire un extrait. On peut le commander sur le site de l'éditeur en cliquant sur : Vers la librairie BoD. Il est aussi disponible sur commande en librairie et sur les sites de vente en ligne.

Petite philosophie de l'Insolite
Théron, Michel
17,00Livre papier
Lire un extrait

DESCRIPTION

Les textes composant cet ouvrage sont tous parus, sous leur forme initiale, dans un journal hebdomadaire. Ils concernent des sujets d'actualité étranges, bizarres, insolites, souvent amusants, mais se prêtant toujours à un commentaire philosophique. Ils peuvent servir de points de départ pour la réflexion individuelle du lecteur, mais aussi ils peuvent alimenter des débats thématiques collectifs (cours scolaires, cafés-philo, réunions de réflexion...).

 

***

 

Pour voir la liste de tous mes livres édités chez BoD, cliquer : ici.

 

***

 

Enfin n'hésitez pas à visiter mon blog artistique, pour voir des photos, des vidéos, des textes littéraires et poétiques :

Partager cet article
Repost0

commentaires

O
Montaigne est resté un intellectuel bourgeois de son temps, accessible à une « élite »; « sans prétention, Brassens a exprimé une pensée populaire et s’est adressé « aux gens » ... Je préfère la lecture « complémentaire » de Theron qu’une lecture clivante, d’opposition ... maladie des temps .... pour avoir le sentiment d’exister ...
Répondre
T
Un principe poussé à bout devient fou, c'est juste, et l'homme à principes est bien un psychorigide dangereux. Je plaiderai toutefois pour l'homme de principes, débat de grammaire comme les aime Montaigne, que son scepticisme n'a pas retenu de s'engager dans les luttes de son temps, bien au-dessus de l'anarchisme petit-bourgeois et plan-plan de Brassens.
Répondre
W
Quelle sévérité pour Brassens ! Amitiés, et bon week-end caniculaire à toi !

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné. >>>>> >>>>> Remarque importante (avril 2021) : Vous pouvez trouver maintenant tout ce qui concerne la Littérature, la Poésie et l'Art dans mon second blog, "Le blog artistique de Michel Théron", Adresse : michel-theron.eu/
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages