Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 01:01

C’est celui qui assiste le célébrant à la messe. Beaucoup de mes camarades l’ont été, quand j’étais enfant, et leur chasuble blanche les grandissait à mes yeux, par exemple quand, investis d’une sorte de majesté sacrée, ils faisaient la quête en prononçant un « Dieu vous le rende ! » imposant et comme tombé du ciel. À l’époque, je ne me posais pas la question de savoir pourquoi, parmi les enfants de chœur, il n’y avait pas de petites filles.

 

Mais maintenant je peux y répondre. Car si le pape François a décrété que désormais les femmes pourront avoir accès à l’acolytat et au lectorat, et si on a vu là une initiative novatrice, c’est bien qu’effectivement elle brise un tabou, celui de l’impureté féminine.

 

De tout temps en effet et dans la majorité des religions les femmes ont été stigmatisées à cause de leur sang menstruel. On en voit maintes illustrations dans maints passages de la Bible juive. Encore aujourd’hui dans telle tradition orthodoxe un religieux peut refuser de toucher la main d’une femme, ou d’être touché par elle, au cas où elle aurait ses règles. Voilà donc pourquoi, me dis-je, il n’y avait pas de petite fille parmi  les acolytes de mon enfance.

 

Y réfléchissant, il me souvient aussi d’un vers de Vigny, dans « La Colère de Samson » : « La Femme, enfant malade et douze fois impur ! ». L’ayant appris au Lycée, je n’en comprenais pas le sens. Aucune note de mon manuel ne l’éclairait, et je le récitais machinalement. Tant l’enseignement d’alors était moutonnier, et tant l’ostracisme misogyne qu’il pouvait véhiculer nécessitait voilements et précautions !

 

La décision du pape, heureusement, est dans le droit fil de l’Évangile. Ainsi Jésus accepte d’être touché par une femme souffrant de pertes de sang depuis douze ans, et guérie par son contact (Marc 5/25-34). À l’évidence, le tabou du sang tombe ici. L’impureté véritable est dans la façon de voir les choses, dans l’œil qui est la lampe du corps (Matthieu 6/22 ; Luc 11/34). Elle n’est pas dans le déterminisme biologique qui sépare les êtres, le pur de l’impur, et institue le sacré. Cette vision nouvelle est fondamentalement anti-sacrale et antinaturaliste.

 

Bien sûr l’admission des femmes à l’acolytat et au lectorat ne signifie pas leur admission au sacerdoce. Mais enfin que gagneraient-elles à prendre un rôle de sacrificateur, qui est celui du prêtre, alors qu’elles peuvent donner la vie et sont donc mieux aptes à la préserver ?

 

 

***

 

Ce texte est à paraître dans le journal Golias Hebdo. Il figurera dans une collection dont fait partie l'ouvrage suivant en tant que premier tome. On peut en feuilleter le début (Lire un extrait), et on peut l'acheter sur le site de l'éditeur (Vers la librairie BoD). Tous les livres de la collection sont aussi disponibles sur commande en librairie, ou sur les sites de vente en ligne.

Petite philosophie de l'actualité
Théron, Michel
15,00Livre papier
Lire un extrait

DESCRIPTION

Les textes composant cet ouvrage sont tous parus, sous leur forme initiale, dans un journal hebdomadaire. Souvent inspirés par l'actualité, ce qui les rend plus vivants, ils ont cependant un contenu intemporel, et se prêtent toujours à une réflexion philosophique. Ils peuvent servir de points de départ pour la réflexion individuelle du lecteur, mais aussi ils peuvent alimenter des débats thématiques collectifs (cours scolaires, cafés-philo, réunions de réflexion...).

 

***

 

Pour voir la liste de tous mes livres édités chez BoD, cliquer : ici.

Partager cet article
Repost0

commentaires

TEDDY ARNAVIELLE 31/05/2021 10:30

C'est un dossier bien lourd que tu ouvres, et qui excède largement la biologie, d'une part, l'Eglise catholique, de l'autre, laquelle n'est pas désormais la plus mal placée, ni la plus mal notée, sur ce point. On a pu évoquer une hypothèse anthropologique "méditerranéenne", qui laisse insatisfait. Dans un domaine évidemment capital où les préjugés foisonnent, ainsi que les injonctions contradictoires, il est très difficile d'y voir un peu clair.

www.michel-theron.fr 31/05/2021 12:17

Il me semble difficile de croire à la fois à la souillure inhérente au sang, et au sang vecteur de salut. "Sans effusion de sang, il n'y a pas de pardon" (Épître aux Hébreux). Je pense au "Précieux sang" de Jésus par exemple. D'autre part je ne comprends pas pourquoi ce dernier, d'après Paul, recommande de "boire son sang" dans ce qui sera l'eucharistie, alors qu'il est interdit de consommer du sang en judaïsme. - Effectivement c'est là un dossier bien lourd comme tu dis, et bien complexe.

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné. >>>>> >>>>> Remarque importante (avril 2021) : Vous pouvez trouver maintenant tout ce qui concerne la Littérature, la Poésie et l'Art dans mon second blog, "Le blog artistique de Michel Théron", Adresse : michel-theron.eu/
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages