Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2021 3 24 /11 /novembre /2021 02:01

Par ce mot j’entends le désir d’améliorer toutes choses. Il peut parfois être très positif, mais parfois aussi n’aboutir à aucune vraie amélioration, voire à son contraire.

 

C’est le cas du pronom personnel iel composé en mixant « il » et « elle » pour désigner une personne qui refuse d’être assignée à un genre précis, et que Le Robert a décidé de faire figurer dans son dictionnaire en ligne.

 

Je ne suis pas conservateur au point de repousser toute novation concernant la langue, et je sais bien que cette dernière évolue constamment selon l’usage des locuteurs. Je sais aussi qu’il y a des langues où existe le pronom personnel neutre. Malheureusement la question ici n’est pas que de vocabulaire, elle est aussi de syntaxe. Si iel s’imposait, comment faudrait-il accorder en genre l’adjectif attribut par exemple ? Dire iel est beau, ou iel est belle ? Aucune des deux versions n’est satisfaisante. Faudra-t-il créer des adjectifs neutres, non genrés ? Dire iel est belleau ? On n’en finirait pas...

 

Dans la langue anglaise, plus simple à certains égard que la nôtre, la question susdite ne se poserait pas, puisque les adjectifs sont invariables, non genrés. Mais chez nous ce n’est pas le cas. Il nous est assez facile de forger des mots, voire de leur affecter des sens nouveaux, comme j’ai fait pour le titre de cet article, mais il est extrêmement périlleux de toucher à la syntaxe, aux accords, qui sont le squelette et l’armature d’une langue, et aussi structurent la pensée de ceux qui la pratiquent.

 

Voilà donc une novation sur laquelle on n’a pas beaucoup réfléchi. Sans doute Le Robert a-t-il obéi à des motivations idéologiques plus que lexicales. Il s’est agi pour lui de valoriser les locuteurs qui se disent non binaires, mais les conséquences de son choix n’ont pas été mesurées. Je pourrais en dire autant, mutatis mutandis, de l’écriture inclusive, mise en avant pour satisfaire certains féminismes, et qui est proprement illisible dans le cas d’un texte long.

 

Ainsi le méliorisme est-il à double tranchant. Les Anciens disaient d’ailleurs que la pire corruption est celle du meilleur (corruptio optimi pessima). Il y a là une règle générale, applicable en maints domaines : ont sait assez que dans l’Histoire des utopies mélioristes ont fini en dystopies. Dans le cas présent, s’agissant de la structure de la langue, il faudrait n’y toucher, comme Montesquieu le disait des lois, que d’une main tremblante.

 

Il ou Elle ? (D.R.)

 

***

 

> Pour voir tous mes livres édités chez BoD, cliquer : ici.

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
Le sexe n'est pas le genre, certes. Où serait, sinon, la féminité de la "casserole", féminin, et la masculinité du "balai", masculin ? De même pour "le corbeau" et "l'alouette", ou encore "la vedette Alain Delon". Il est là question de genre grammatical, c'est vrai. C'est le seul que connaisse la langue, le seul qu'elle ait à connaître. Tout le reste est sociologie ou anthropologie, respectables dans leur ordre.
Répondre
L
Pas d’acc ! Le Robert ne prescrit rien, il se contente de décrire. En l’occurrence un usage de plus en plus repandu du pronom iel. Libre à chacun de l’employer ou non. Et seul l’usage, à l’avenir, dira si ça prend ou pas. Sexe et genre ne sont pas synonymes et, si le sexe est clairement identifiable, de nombreuses personnes ont du mal à déterminer leur genre. La question était taboue jusqu’à présent, elle sort maintenant, notamment chez les jeunes. Quel regard portons-nous sur cette évolution ? La question des normes langagières n’est elle pas un alibi pour dissimuler un malaise face à cette nouvelle donne sociale et, pour les cathos entre autres, d’ordre moral ?
Répondre
W
Je n'ai écrit cet article que par rapport au fonctionnement de la langue. Et je suis heureux qu'un spécialiste comme mon ami Teddy Arnavielle soit sur ce point précis d'accord avec ce que j'ai écrit. Le fonctionnement de la langue est une chose, où l'on ne peut dire n'importe quoi, et l'état des mœurs en est une autre. Personnellement je n'ai aucun problème existentiel avec les non-binaires...
W
Je n'ai écrit cet article que par rapport au fonctionnement de la langue. Et je suis heureux qu'un spécialiste comme mon ami Teddy Arnavielle soit d'accord avec moi. Le langage est une chose, où l'on ne peut dire n'importe quoi, et l'état des mœurs en est une autre. Personnellement je n'ai aucun problème existentiel avec les non-binaires...
T
On croyait que l'idée simpliste de la langue-reflet était définitivement disqualifiée. Voilà que "iel" (au fait, comment former le pluriel : où mettre le "s" ?) nous y ramène, fondé sur le souci de montrer la singularité de la personne et de la faire reconnaître, très mal d'ailleurs puisqu'il s'agit, formellement, d'une addition simpliste.
Et que va-t-on faire de "je, tu", qui ont la "malencontreuse" particularité d'être épicènes, soit indifféremment masculins et féminins, ce que découvre l'accord de l'adjectif ? Et du très subtil "on" ?
Evolution des moeurs ? Peut-être. Surtout abaissement de la réflexion.
Répondre
W
Je suis heureux qu'un spécialiste de la grammaire comme tu l'es soit de mon avis, moi qui ne suis pas grammairien !

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné. >>>>> >>>>> Remarque importante (avril 2021) : Vous pouvez trouver maintenant tout ce qui concerne la Littérature, la Poésie et l'Art dans mon second blog, "Le blog artistique de Michel Théron", Adresse : michel-theron.eu/
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages