Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 00:01

ª(Chroniques de Golias Hebdo)

Nous entrons dans l’époque des vœux, en ce mois de janvier dont le nom vient du latin : il est la porte (janua) qui nous fait passer d’une année à l’autre.  Assurément ce passage est propice aux souhaits.

 

Que vais-je souhaiter à ceux que j’aime ? La santé, le bonheur ? Bien banal. Et si pour une fois je faisais des vœux gnostiques ? Essayons : « Je vous souhaite de ne pas obtenir cette année tout ce que vous désirez ! » J’imagine la tête du destinataire : Est-ce qu’on se moque de moi ? Mais si c’était pour lui une occasion de réfléchir ? ...

 

 

Lire la suite dans :

 

Petite philosophie de l'actualité, format Internet

 

 Cliquer sur l'image



 

→ Voir aussi les articles :

La création comme catastrophe

La gnose

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Bonjour Michel,

C'est un fait que ce monde dans lequel nous évoluons est une illusion, une "maya", une manifestation. Mais, justement, je crois que Dieu attend et espère de nous que nous bâtissions sur la réalité
et non sur les rêves, que nous dévoilions (apocalypse) la réalité qui a été cachée sous l'illusion par le jeu des conditionnements sociaux et de l'éducation (e ducere: conduire hors de...
Soi!).

Cela dit, mon message n'était pas une critique. Chacun sa vision des choses. Personnellement, je me suis tellement faite mal non seulement à mes propres rêves déçus qu'à ceux des autres sur moi que
je privilégie désormais le "réel" et que je fuis le rêve. C'est toute la différence qu'il y a entre l'objectivité et la subjectivité: faire de l'autre - ou d'une situation - un "objet" (au sens
jungien du terme, voir "Types psychologiques" de Jung) c'est privilégier le regard objectif sur lui, sur la situation telle qu'elle est. Faire de l'autre - ou d'une situation - un "sujet", c'est
privilégier le regard subjectif sur lui, sur la situation telle qu'on la voit, et non telle qu'elle est. Dans le premier cas, on apprend à aimer. Dans le second cas, c'est soi et son regard
personnel (fantasme) qu'on aime, et pas l'autre, le partenaire ou la situation.

Pour reprendre l'exemple de vos "draps": si vous rêvez d'une femme et de l'intimité que vous allez avoir avec elle, à moins qu'elle ne soit une déesse incarnée, elle va forcément vous décevoir dans
"sa" réalité et, même si vous êtes bien élevé et diplomate, d'une façon ou d'une autre vous allez le lui faire sentir et la blesser, ce qui est le contraire de l'amour. De plus vous aussi serez
blessé dans votre espoir déçu. Si au contraire vous vous focalisez sur ce qui va se passer et non sur le désir que vous en avez, alors vous ne serez pas déçu car vous n'aurez pas donné à vos
fantasmes la prédominance sur la réalité, la vôtre et celle de l'autre.

Les gnostiques apprennent donc à supprimer ce fantasme, cette projection, ce rêve: "vous, soyez vigilants". Dans le "Livre des secrets de Jean" (voir l'extrait ci-dessous), Ennoïa descend du ciel
pour, justement, réveiller de ce songe (fantasmes, projections, illusions) parce que ce songe EST la mort.

http://marie-madeleine.over-blog.net/article-la-memoire-du-plerome-59281436.html

amicalement,
Madeleine


Répondre
M


Bonsoir Madeleine,


sur le fond de ce que vous dites, je suis d'accord avec vous. Il faut voir lucidement les choses, ne pas projeter notre imaginaire sur elles. "Si ton mental vit, tu meurs ; si ton mental meurt,
tu vis." Voyez mon article sur l'objectivation nécessaire en spiritualité : 


 http://www.michel-theron.fr/article-l-objectivation-fondement-de-toute-spiritualite-59430784.html


Aussi la différence entre l'amour qui projette, et celui qui connaît vraiment, est celle qu'il y a entre éros, et agapè :


http://www.michel-theron.fr/article-eros-et-agape-58099296.html


Evidemment, ce monde objectivement mauvais, sur quoi étaient basés mes voeux gnostiques, on peut toujours dire comme vous le faites qu'il est un voile qui nous empêche de voir
les choses. Un rêve dont il faut s'éveiller.


En somme, ce qui nous différencie n'est pas énorme. Amicalement. Michel


 



M

Bonjour Michel,

Eh bien je vous souhaite pour 2011 de belles fêtes, de vrais dimanches, d'agréables vacances, de beaux draps... bref, de vivre pleinement une belle et vraie réalité, et non les rêves que vous vous
en faites juste avant. En espérant aussi ne pas vous fâcher ;-)

Etre gnostique, c'est justement apprendre à aimer la réalité.

cordialement,
Madeleine


Répondre
M


Bonjour Madeleine,


vous savez bien qu'au départ il y a un pessimisme radical de la gnose à l'égard de ce monde-ci, qui est l'oeuvre d'une mauvais créateur ou d'un méchant démiurge. "Qui a trouvé le monde a trouvé
un cadavre", dit l'évangile selon Thomas. Il y a des traces de cette position gnostique vis-à-vis du "monde" dans l'évangile selon Jean. Ainsi : "Vous avez des tribulations dans le monde. Mais
ayez confiance, j'ai vaincu le monde." Schopenhauer cite ce type de passages pour conforter son pessimisme dans Le monde comme volonté et comme représentation. La "tribulation"
johannique (thlipsis), c'est en gros ce que les bouddhistes nomment le samsara, dont il faut s'évader pour atteindre le nirvana. C'est à partir de ces prémisses que
j'ai écrit mon billet.


Maintenant, il est évident que l'entropie, la dégradation, la rouille du temps, sont conjurables en un second temps pour la gnose, par la réunification pour chacun à son être profond et
éternel (ce que j'ai appelé "l'enfant intérieur"). Et aussi, et là vous avez raison, par la concentration sur l'instant présent, toutes projections mentales étant récusées. Donc il faut à la fois
récuser le catéchisme oprimiste dont on nous abreuve quant à la "bonté" de la réalité, et scruter lucidement cette réalité pour la voir telle qu'elle est, sans fard, à partir de quoi on peut
progresser spirituellement.


Mais ce second point n'entrait pas dans le cadre de mon billet. N'oubliez pas que je suis littéraire, non philosophe, et qu'un texte littéraire n'est jamais qu'un "embrun" ponctuel, un trait de
sensibilité : ce n'est jamais un système global, ambitionnant de faire le tour d'une question.


A vous aussi une "bonne" année, dans le sens où vous voudrez prendre l'expression. Amitiés. Michel



Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné. >>>>> >>>>> Remarque importante (avril 2021) : Vous pouvez trouver maintenant tout ce qui concerne la Littérature, la Poésie et l'Art dans mon second blog, "Le blog artistique de Michel Théron", Adresse : michel-theron.eu/
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages