Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2022 6 26 /03 /mars /2022 02:00

Vladimir Poutine n’a pas supporté le vent de liberté qui a soufflé en Ukraine depuis la révolution de Maïdan de 2014. Aussi il redoute qu’il soit contagieux pour les pays voisins, ceux de l’ancienne Union Soviétique. Nostalgique de cet ancien Empire, il veut museler en chacune de ses parties tout élan possible vers la liberté.

 

On peut considérer cet état d’esprit comme absolument condamnable, ce qu’il est en effet, mais on peut aussi s’interroger sur ses présupposés psychologiques. Et pour ce faire on peut se reporter à la Légende du Grand Inquisiteur qui figure dans Les Frères Karamazov, de Dostoïevski.

 

Dans une Europe enflammée par les bûchers où on brûle les hérétiques, Jésus revient sur terre. Un haut dignitaire, le Grand Inquisiteur, l’apostrophe et lui reproche d’avoir enseigné aux hommes la liberté. Mais ils ne peuvent en supporter la responsabilité, ils préfèrent être guidés. C’est la charge précisément du Grand Inquisiteur de les délivrer de ce fardeau et de les diriger, ce qui est plus confortable pour eux. Aussi va-t-il à nouveau condamner Jésus à mort, pour avoir trop exigé des hommes, demandé une posture qu’ils ne peuvent pas tenir.

 

Cette parabole est très juste. D’abord il est vrai que Jésus a éveillé les hommes à la liberté. Il suffit de voir l’épisode de sa Tentation au désert dans les évangiles synoptiques. Le but en est la désaliénation des hommes par rapport aux désirs qui les habitent (la nourriture, le pouvoir, l’éblouissement par la magie du divertissement). Ils doivent être autonomes, et non pas dépendants d’autrui.

 

Mais malheureusement les hommes n’ont que faire de cette liberté, qui les force à un effort de tous les instants par rapport à leurs instincts naturels. Ils préfèrent se laisser guider par un chef quelconque. À l’autonomie ils préfèrent l’hétéronomie. Cela satisfait leur appétit grégaire : il est plus confortable de vivre en troupeau, et d’obéir à ce qu’il y a en soi de plus élémentaire.

 

Le communisme non pas comme rêve, mais comme réalité, pour reprendre le titre d’un livre essentiel de Zinoviev, repose aussi sur cet appétit. Je ne sais si Vladimir Poutine connaît le livre de Dostoïevski, et si même il pourrait se voir en Grand Inquisiteur. Il n’a pas l’air d’être un grand intellectuel en tout cas. Mais les ressorts du régime dont il rêve ont bien été mis à jour et déconstruits par un de ses compatriotes même, un grand romancier russe.

 

D.R.

 

***

 

> Pour voir tous mes livres édités chez BoD, cliquer : ici.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 17:31

Voici, mis sur mon blog artistique, un extrait de mon dernier livre Petites méditations photographiques :

Partager cet article
Repost0
24 mars 2022 4 24 /03 /mars /2022 02:00

Elle est bien souvent, comme dit le proverbe, mauvaise conseillère. On peut le vérifier en considérant le destin de Vladimir Poutine.

 

Il a commencé, sous l’ère soviétique, par être lieutenant-colonel du KGB, où il voulait faire carrière dans le contre-espionnage. Le propre de cette fonction est de se méfier de tout et de tous, et de voir autour de soi des traîtres et des complots incessants. Bref, un complexe de l’assiégé ou obsidional, qui peut mener à la folie et au délire paranoïaque (Jean-Jacques Rousseau chez nous en était atteint). Or quand on se sent persécuté, c’est bien de la peur qu’on ressent vis-à-vis du persécuteur, et qui se tourne ensuite, comme un moyen de la faire cesser, en violence contre lui.

 

L’effondrement de la Russie soviétique a été l’effondrement du propre monde de Vladimir Poutine. Il ne s’en est jamais remis, et aussi il n’a de cesse au fil des années que de la reconstituer à sa façon. Ce système qu’il a connu dans sa jeunesse lui semble le seul possible, il fait corps avec lui, et tout facteur qui s’en écarte ou le compromet lui fait peur. Aussi comme toujours il veut intervenir pour l’anéantir. Parfaitement psychorigide, refusant tout changement et toute évolution, il n’admet pas que s’éveille dans le cœur des hommes un quelconque élan vers la liberté. Soit il admet qu’il est naturel et qu’il faut le combattre, soit plutôt il imagine, toujours dans la logique complotiste, qu’un tel élan est suscité ou manipulé de l’extérieur. L’OTAN lui fait peur, car ce qu’il signifie met en question son propre régime totalitaire et liberticide, et en dernière instance, sa propre raison d’être et même sa propre existence.

 

Bien entendu les reproches qu’il adresse à l’Occident ne sont pas tous infondés, et il a beau jeu de pointer les contradictions qu’il y a chez ce dernier entre ce qu’il prône et la façon dont il se comporte parfois. Il ne faut pas en être surpris. Si Vladimir Poutine est obstiné, il n’est pas du tout incohérent. Il raisonne très bien au contraire. « Le fou, disait Chesterton, est celui qui a tout perdu, sauf la raison. » L’erreur de l’Occident est de ne pas avoir pris au sérieux les divers avertissements qu’il a déjà donnés au fil des années.

 

La violence vient toujours d’une peur qu’on ressent au fond de soi et qu’on veut combattre : y recourir est le moyen de la compenser et de la surmonter. Parmi les chiens, celui qui aboie le plus fort est le plus petit : celui qui se sent le plus faible. Il compense sa faiblesse par l’intensité de ses aboiements, qui sont ses rodomontades à lui. À l’inverse, quand on est vraiment fort on n’a pas besoin de le montrer.

 

Malheureusement la peur est contagieuse. Qui a peur, par sa violence et sa brutalité fait peur aux autres. On voit bien que l’entourage de Vladimir Poutine tremble de peur devant lui, comme celui de Staline naguère. On n’ose pas lui dire la vérité sur les opérations militaires, de peur d’un châtiment. Le peuple russe aussi se retient d’élever la voix contre lui pour la même raison. Et nous aussi nous avons peur de lui, qui le sait bien et en profite. C’est une cascade de peurs, partie de celui qui l’a lui-même initiée, pour compenser celle qu’il a éprouvée au fond de lui-même, quand le monde auquel il croyait s’est effondré.

 

Je viens de citer Staline. Il me semble que l’Histoire ici se répète. Voyez avec quelle agressivité Poutine traite maintenant de « traîtres » ceux de son entourage qui s’opposent à lui. Il veut en purifier son pays. Les purges sont donc en passe de revenir. Combien de temps cela perdurera-t-il ? Il est difficile d’être optimiste. Staline est mort dans son lit...

 

De tout cela il faut tirer une leçon générale. La peur, comme disait Fassbinder, dévore l’âme. Dans nos vies, c’est donc de la peur elle-même qu’il faut avoir peur, et non d’autre chose.

 

D.R.

 

***

 

> Pour voir tous mes livres édités chez BoD, cliquer : ici.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de michel.theron.over-blog.fr
  • : "Mélange c'est l'esprit" : cette phrase de Paul Valéry résume l'orientation interdisciplinaire de mon blog. Dans l'esprit tout est mêlé, et donc tous les sujets sont liés les uns aux autres. - Si cependant on veut "filtrer" les articles pour ne lire que ce qui intéresse, aller à "Catégories" dans cette même colonne et choisir celle qu'on veut. On peut aussi taper ce qu'on recherche dans le champ "Recherche" dans cette même colonne, ou encore dans le champ : "Rechercher", en haut du blog - Les liens dans les articles sur le blog sont indiqués en couleur marron. Dans les PDF joints, ils sont en bleu souligné. >>>>> >>>>> Remarque importante (avril 2021) : Vous pouvez trouver maintenant tout ce qui concerne la Littérature, la Poésie et l'Art dans mon second blog, "Le blog artistique de Michel Théron", Adresse : michel-theron.eu/
  • Contact

Profil

  • www.michel-theron.fr
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).
  • Agrégé de lettres, professeur honoraire en khâgne et hypokhâgne, écrivain, photographe, vidéaste, chroniqueur et conférencier (sujets : littérature et poésie, stylistique du texte et de l'image, culture générale et spiritualité).

Recherche

Mes Ouvrages